Le projet hôtelier Les Salines Beachcomber Resort & Spa a obtenu cette semaine son certificat EIA du ministère de l’Environnement. Les premiers travaux, qui seront entrepris au cours du premier trimestre de 2019, comprendront la création d’une “Wetland” sur une zone d’environ 20 arpents appartenant au groupe New Mauritius Hotels (NMH).

Cette nouvelle “Wetland” sera développée en étroite collaboration avec les autorités concernées, notamment le ministère de l’Environnement. Ce n’est qu’une fois l’aménagement de celle-ci complétée que débuteront les travaux de construction de l’hôtel.

Le groupe NMH, à travers sa compagnie subsidiaire, Beachcomber Hospitality Investments Ltd, investira environ Rs 3 milliards dans ce resort. Ce projet est la première étape d’un vaste développement intégré qu’entreprendra NMH sur le terrain de 375 arpents en toute propriété que possède le groupe à l’arrière du terrain hôtelier.

Au cours de l’année écoulée, les représentants du groupe ont eu de nombreux échanges et séances de travail avec les autorités responsables, dont les ministères de l’Environnement, de la Pêche et des Terres.

Ces échanges ont permis au groupe et à ses consultants d’intégrer les recommandations et « mitigating measures » préconisées par les experts de ces institutions afin de s’assurer que le développement proposé soit implémenté dans le strict respect des lois, des règlements environnementaux et de la dimension historique du site.

C’est ainsi que les premiers travaux ne commenceront qu’en février 2019 avec la création de la nouvelle “Wetland” sur environ 20 arpents, située à l’arrière de l’hôtel. NMH souhaite faire de ce projet un modèle de collaboration public–privé, tant au niveau de sa conception et de sa construction qu’au niveau de sa gestion opérationnelle. Les travaux relatifs à l’hôtel ne débuteront qu’une fois l’aménagement de la “Wetland” complété.

Cet hôtel, qui sera implémenté dans le cadre de la politique gouvernementale de développer la péninsule des Salines à Rivière-Noire, comprendra 310 chambres et 56 unités familiales. Quelque 600 emplois seront créés et 2 000 autres de manière indirecte.

La réalisation de ce projet d’envergure sera d’un apport considérable au développement socio-économique des villages avoisinants, particulièrement celui de Rivière-Noire. En effet, cette région de l’île, qui n’abrite aucun établissement hôtelier, pourra désormais compter sur l’appui et la collaboration à long terme du groupe NMH « dans sa juste quête pour un développement harmonieux et une meilleure qualité de vie » pour ses habitants.