Les membres de la National Transport Workers’ Union (NTEU), de la Transport Corporation Employee Union (TCEU), de la Bus Industry Trafic Officer Union (BITOU) et de la Transport Industry Worker Union (TIWU), affiliés à la Confédération des travailleurs des secteurs public et privé (CTSP), dont le négociateur est Reaz Chuttoo, organiseront une assemblée générale vers la mi-août afin de prendre une décision concernant « l’attitude adoptée par le directeur des ressources humaines (DRH) face aux employés» de la Corporation Nationale de Transport(CNT).

« Il a pris l’habitude de rejeter les négociations collectives alors que le management avait pris l’engagement de négocier avec, pour objectif, de revoir les conditions de travail des employés de la CNT. » Et Reaz Chuttoo d’ajouter : «Le DRH avait donné rendez- vous aux représentants syndicaux affiliés à la CTSP mais n’a pas voulu que je participe à la table des négociations en tant que négociateur syndical.

Je n’ai jamais vu une telle attitude après plus de 30 ans passés dans la lutte syndicale à Maurice. » Selon le négociateur, lorsque les employés de la CNT participent à des discussions pour revendiquer leurs droits, comme ceux d’avoir des chaussures, des uniformes et des jours de congé, il dit souvent à ceux qui veulent l’entendre : « Alle kot zot envi. Narien pa pou sanze. » Le DRH, ajoute-t-il, a en maintes occasions « brandit des menaces » à l’encontre des employés participant aux actions syndicales. « Ils n’ont pas de “time-off” lorsqu’ils doivent aller devant les instances concernées pour discuter des cas des employés. » Pour Reaz Chuttoo, les autorités « font semblant de ne rien comprendre à chaque fois que les employés dénoncent le comportement du DRH».

Et de poursuivre : « Zot pe less azir kouma li kontan. Se enn stratezi pou ki dekouraz travayer rest dan CNT ek larive Metro Express. » Mutty Chetanandsing, secrétaire de la NTCEU, a pour sa part vivement critiqué la direction de la CNT, « qui n’accorde pas la même attention aux employés qui travaillent de manière temporaire, et ce depuis plusieurs années ».

Selon lui, « ena boukou diskriminasion visavi zot an se ki konsern zot drwa lor ban zour konze par exanp ». Intervenant à son tour, Niresh Isram, membre exécutif de la TIWA, a lancé un appel à la direction de la CNT pour qu’elle remplace les employés dans le Workshop Department ayant déjà pris leur retraite.