Dans différentes parties du monde, les gens ne se contentent pas d’envoyer des cartes, des boîtes de chocolat ou des roses pour célébrer la fête des amoureux. Petit voyage autour du globe pour découvrir les traditions autour de la Saint-Valentin.
Canada, Japon, Brésil, Chine ou Colombie : la Saint-Valentin n’est pas tout à fait la même partout. La fête de l’amour s’imprègne en effet des traditions locales dans les pays d’Europe, d’Asie ou d’Amérique latine. Certes, les classiques chocolats, roses et cartes de voeux (physiques ou électroniques) sont universels, mais il y a d’autres traditions plus spécifiques d’un pays à l’autre. Oui, la Saint-Valentin se fête de différentes façons.
Légende.
En Italie, par exemple, les Valentins s’offrent des baci perugini, des chocolats enrobés dans des mots d’amour. Les Allemands, pour leur part, honorent plutôt la Saint-Valentin de Réthie, un personnage du 5e siècle ayant guéri de l’épilepsie.
La Chine a également sa propre conception de la fête des amoureux. Pour les Chinois les plus traditionnels, cette fête a lieu le septième jour du septième mois lunaire de leur calendrier. Cette fête repose sur une légende racontant l’amour impossible d’une fée et d’un mortel, que la Voie lactée sépare. Chaque année, le même jour, des oiseaux forment une passerelle à travers celle-ci pour que les deux tourtereaux puissent se retrouver. On retrouve une fête similaire au Japon, portant le nom de la fête des étoiles.
Traditions.
Toujours au Japon, le plaisir d’offrir revient aux femmes le jour de la Saint-Valentin. Le présent est alors fait de chocolat. Les hommes ne répondront à cette attention que le 14 mars, en offrant un cadeau à leur tour. C’est le White Day.
Les Thaïlandais, quant à eux, se rassemblent le jour de la fête des amoureux pour se marier.
Pour les Brésiliens, la fête des amoureux se commémore le 12 juin. Là-bas, la Saint-Valentin se nomme Dia dos Namorados, célébrée au lendemain de la Saint-Antoine, saint protecteur des amoureux.
La Colombie ne célèbre pas uniquement la fête des amoureux. Les Colombiens rendent également hommage aux liens amicaux durant deux jours, le troisième vendredi et samedi du mois de septembre.
Et si on n’a pas d’amoureux ou d’amoureuse le jour de la Saint-Valentin ? Les Coréens ont trouvé la solution en instaurant un jour noir. Ce jour-là, deux mois après le 14 février, les hommes n’ayant reçu aucun présent d’amour se retrouvent, pour savourer des Jajangmyun
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Le chocolat et l’amour
Le chocolat et l’amour : une union sacrée qui traverse toutes les épreuves. Ses vertus aphrodisiaques ont suscité un fort intérêt pour ce produit depuis des décennies. Dès la période aztèque, le chocolat a la réputation d’être un aphrodisiaque et un excitant sexuel. Pour cette raison, l’empereur Moctezuma en buvait jusqu’à 50 tasses par jour, en particulier lorsqu’il allait visiter les femmes de son harem. Il faut dire que le chocolat à la mode aztèque était très fortement épicé (piment, poivre et clou de girofle), se transformant ainsi en tonique sexuel.
La grande période des courtisanes, des 17e et 18e siècles, donne ses lettres de noblesse au chocolat. Mme de Pompadour et la comtesse du Barry en font grande consommation. Elles pensent ainsi fouetter le sang et les ardeurs. Mais la prise de chocolats excite autant l’imagination que les fantasmes du corps. À l’époque, le cacao exalte un fumet d’exotisme et d’aventure propre à l’imaginaire amoureux.
La rose : symbole suprême de l’amour
La rose est symbole d’amour, de passion, mais aussi de trahison. Elle est la fleur la plus offerte : rouge, elle évoque la passion; rose, elle incarne la joie; orange, elle symbolise votre désir; et blanche, elle couronne la pureté de vos sentiments. Seule la rose jaune se teinte de tristesse puisqu’elle dénonce l’infidélité de l’être aimé !
Un peu d’histoire. La légende raconte que la rose était la fleur préférée de la déesse de l’amour, Aphrodite. Mais la culture de cette fleur débuta véritablement au 13e siècle lorsque Thibaut IV ramena des croisades la rose gallique, ainsi que Robert de Brie, la rose de Damas.
Ce sont les roses de Chine qui ont une importance des plus capitales dans l’histoire de la rose, puisque les spécimens ramenés par les botanistes anglais de la fin du 19e siècle sont à l’origine de la plus grande partie des roses remontantes modernes.
Les oiseaux devins
C’est aussi le 14 février que les jeunes filles essayaient de deviner comment serait leur futur mari. Pour cela, elles regardaient les oiseaux. Un chardonneret promettait le mariage avec un homme fortuné. Un rouge-gorge prédisait le mariage avec un homme portant l’uniforme (marin, militaire ?). Un moineau assurait un mariage heureux, mais avec un homme pauvre.
Mais, le jour de la Saint-Valentin, il fallait surtout que la jeune fille évite d’entrevoir un écureuil, signe d’un mariage avec un avare, qui accaparerait toute sa fortune…
X comme Baiser
À l’époque médiévale, les gens qui ne savaient pas écrire devaient signer les documents officiels qui leur étaient présentés d’un X pour marquer leur accord. Cette signature avait lieu devant témoins et le signataire devait poser un baiser sur le X pour prouver sa sincérité. Ce baiser avait valeur de serment.
Depuis, les lettres d’amour envoyées le jour de la Saint-Valentin sont parfois signées d’un X, qui représente un baiser.