Les Transports des Malheureux est une nouvelle organisation non gouvernementale lancée mardi au Centre Marie Reine de la Paix à Port-Louis. Cette initiative, qui a pour objectif le bien-être des chauffeurs de taxi marron, revient à plusieurs ONG.
La Blue Green Alliance Island, l’Organization Teigne to la Fin, la Humanitarian Foundation for the Education, la Worldwide Unification Training Foundation (WUTF) et l’Association of the Welfare of the Filipinos (AWF) se sont réunies mardi pour défendre la cause des chauffeurs de taxi marron. De cette rencontre est née Les Transports des Malheureux. Objectif : régulariser la situation de ces personnes.
Luis Serge Antonio, secrétaire de direction de la WUTF, a mis l’accent sur une lettre envoyée en novembre dernier au ministre du Transport intérieur Anil Bachoo. Dans cette correspondance, il a demandé un rendez-vous pour discuter de la régularisation de la situation des chauffeurs de taxi marron. Il a toutefois précisé n’avoir reçu aucune réponse à ce jour. « Il est grand temps que le ministre nous réponde », a-t-il dit.
M. Antonio a par ailleurs donné un ultimatum au ministre du Transport intérieur. Anil Bachoo a ainsi jusqu’au 15 juillet pour répondre à son invitation. Autrement les membres des Transports des Malheureux feront soit une grève de la faim illimitée soit une manifestation devant le bureau du ministre.
M. Antonio a aussi sollicité l’intervention de la police pour l’organisation d’une tripartite réunissant la National Transport Authority (NTA), la police et Les Transports des malheureux. « Il est temps de mettre fin à cette situation. »
Thierry Potage, président de l’Association Taxi des Malheureux (ATM), a pour sa part qualifié la situation d’« inacceptable » et de « stressante ». « Il est inadmissible que le matin quand vous travaillez, la NTA vous barre la route. Et ensuite c’est au tour de la police. On est fatigué ! »