Le leader des Verts Fraternels, Sylvio Michel, le dit sans ambages : « Nous participons à cette élection partielle pour soutenir le projet de Metro Express ». Il dit trouver de nombreux avantages à ce projet. « Les problèmes de congestion et d’insécurité routières sont un cauchemar, et la pollution atmosphérique est une réelle menace à la santé publique. À cause d’eux, nous gaspillons énormément d’argent en carburant et, en termes de temps, on pâtit dans nos véhicules. Pour nous, le Metro Express est une solution durable », élabore-t-il, en précisant que son parti a « depuis longtemps » préconisé ce mode alternatif de transport.

Cependant, poursuit Sylvio Michel, avec ses moyens limités, les Verts Fraternels se sont contentés d’une campagne de proximité des plus simples. « Nous privilégions le porte-à-porte et la distribution de tracts. Pas de banderoles ni d’oriflammes. D’une part, nous n’en avons pas les moyens, et d’autre part, nous sommes pour la préservation de l’environnement, pas pour l’enlaidir », souligne-t-il.