Les Verts Fraternels se proposent d’organiser trois manifestations le 20 septembre prochain contre le projet de création d’un port pétrolier au large d’Albion. Les manifestations auront lieu devant le ministère de l’Environnement, le ministère de l’Industrie et du Commerce ainsi que le quartier général d’Indian Oil.

« Le Petroleum hub est un projet dangereux. Nous ne comptons pas rester tranquilles à ce sujet. Nous sollicitons actuellement l’autorisation de la police au sujet de ces manifestations pacifi ques. Mais nous envisageons également de porter l’affaire en cour », a dit le président de l’organisation, Sylvio Michel.

Ce dernier dit déplorer que les courriers qu’il a adressés respectivement au ministre de l’Environnement, Etienne Sinatambou, au ministre du Commerce et de l’Industrie, Ashit Gungah, et à Indian Oil en vue d’organiser une rencontre soient restés sans réponse. Par contre, une délégation des Verts Fraternels a été reçue vendredi par le premier secrétaire de la haute commission de l’Inde, Amit A. Shukla, qui avait été délégué par le hautcommissaire Abhay Thakur.

« Nous avons remercié l’Inde pour l’aide financière accordée à Maurice pour le projet Metro Express, un projet écologique qui permettra de réduire les émissions de Co2 et réduire éventuellement l’importation des véhicules », a dit Sylvio Michel. « Mais nous lui avons aussi fait part de notre opposition à la création du projet de Petroleum hub », a-t-il ajouté. Sylvio Michel, qui a déjà occupé les fonctions de ministre de la Pêche, a observé que la pêche est interdite entre Baie-duTombeau et Pointe-aux-Sables en raison du degré de pollution dans cette région du pays. Il a aussi rappelé que la région d’Albion a jusqu’ici été épargnée. « Beaucoup de Mauriciens, au prix de grands sacrifices, ont construit leurs maisons dans cette région afi n d’avoir une vie paisible.

De plus, cette région compte un établissement hôtelier, le Club Med, ainsi que le centre de recherche marine. Le “bunkering” risque de mettre en péril sérieusement cette région de l’île », explique Sylvio Michel. Et de terminer en disant son intention de multiplier les actions contre ce projet.