Vitamine : du latin vita, vie, et de l’anglais amine, ce terme désigne une substance sans valeur énergétique, mais indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. D’où l’intérêt d’adopter une alimentation variée et équilibrée afin de couvrir les besoins nutritionnels.
Le rôle des vitamines
Les vitamines jouent un rôle primordial dans l’organisme. Elles interviennent dans de nombreuses réactions biochimiques et biologiques, aident à lutter contre des infections en renforçant l’organisme, interviennent dans la maturation de certaines cellules et certains tissus. Elles permettent aussi la réparation de tissus abîmés, préviennent le vieillissement prématuré et l’apparition de certaines maladies et participent au métabolisme de nombreux nutriments et micronutriments… Mille bonnes raisons de ne pas laisser s’installer une carence !
Vitamines antioxydantes
Les substances antioxydantes s’opposent aux effets des radicaux libres en modérant leurs dommages, restaurant les lésions subies par les cellules, éliminant les déchets, entravant le phénomène d’oxydation.
Lorsque les radicaux libres sont en excès dans l’organisme (via le tabac, certaines substances chimiques, l’exposition exagérée au soleil), ils peuvent favoriser le vieillissement cellulaire et de nombreuses maladies.
Chefs de file de ces vitamines antioxydantes : les vitamines A, C et E. On trouve de la vitamine A dans les produits laitiers, le jaune d’oeuf, le foie, les poissons gras… et des caroténoïdes, précurseurs de la vitamine A, dans tous les fruits et légumes à chair orangée.
La vitamine A et ses provitamines de la famille des caroténoïdes ont un rôle primordial dans le renouvellement des cellules et dans les défenses immunitaires. Les caroténoïdes peuvent être indiqués pour protéger la peau contre certaines réactions anormales au soleil.
La vitamine A intervient dans le développement et le renouvellement des cellules : à commencer par la croissance de l’embryon, mais aussi dans le renouvellement de la peau et des muqueuses… Elle joue aussi une fonction essentielle dans la vision et permet notamment une bonne adaptation à l’obscurité. On observe une dégradation de la vue, voire une cécité en cas de carence grave en vitamine A.
La vitamine C présente des propriétés indispensables au bon fonctionnement du corps humain. Au niveau digestif et métabolique, la vitamine C permet une bonne absorption du fer dans le corps. D’ailleurs, des enfants manquant de fer et donc plus vulnérables aux infections, ne mangeraient peut-être pas assez de fruits et de légumes… Le kiwi, les agrumes, mais aussi le chou, le persil… regorgent de vitamine C. Quant aux huiles végétales, quelles qu’elles soient, elles sont une source importante de vitamine E.
Cette vitamine possède une forte propriété antioxydante, comme les vitamines C et A, le sélénium. À ce titre, elle a des vertus contre le vieillissement des tissus et des organes, et pourrait même avoir des propriétés préventives contre certaines maladies. La vitamine E aurait un intérêt particulier dans la protection des vaisseaux. Elle a d’ailleurs aussi une action anticoagulante.
Dans une étude (Su.vi.max) réalisée il y a quelques années en France, il a été démontré qu’en augmentant les apports de certaines vitamines et de certains minéraux antioxydants chez des personnes qui connaissaient des carences en ces éléments (en dessous des doses nutritionnelles recommandées), on diminuait le risque de survenue de cancers.
Savoir les préserver
Les vitamines sont assez fragiles et ont tendance à se dégrader à la cuisson, à l’oxygène… ; il convient donc de privilégier les aliments crus, les modes de cuisson rapides… Attention également au stockage : les vitamines se dégradent rapidement.
Autres astuces : privilégier les emballages qui protègent de l’air et de la lumière et éviter de laisser les fruits et légumes, riches en vitamines hydrosolubles, stagner dans l’eau au moment du nettoyage.
Exemple : pour absorber le plus de vitamine C possible, il est préférable de manger une orange, plutôt que de la presser, et ne boire son jus que plusieurs longues minutes plus tard.
Faut-il prendre des compléments vitaminiques ?
En théorie, une alimentation équilibrée permet de couvrir tous les besoins de l’organisme en termes de vitamines. Dans la pratique, les choses sont moins évidentes.
Pourquoi ? Tout simplement parce que beaucoup de personnes ont une alimentation déséquilibrée, volontairement ou involontairement. Citons les régimes répétés, qui excluent certaines catégories d’aliments, et entraînent des carences vitaminiques, l’abus de junk food, trop riche en sucres rapides et en graisses saturées et pauvres en vitamines, la consommation de produits raffinés à outrance ou stockés depuis trop longtemps pour avoir pu garder leurs précieuses vitamines.
La consommation de compléments alimentaires, en général, et vitaminiques en particulier, est aujourd’hui entrée dans les moeurs : chacun veut devenir acteur de sa santé et lutter contre les effets du vieillissement. Attention toutefois à l’automédication : mieux vaut prendre l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien en cas d’éventuelle supplémentation au long cours. Ceci, pour éviter les risques de surdosage et de nocivité d’une vitamine prise à mauvais escient. Par exemple, un excès de consommation de vitamine A, antioxydant majeur, peut avoir des effets à risque pour la santé. Et avoir le résultat inverse au résultat escompté…