Cher M. Joomaye,
avec tout le respect que je vous dois en tant que porte-parole du National Communication Committee, je tiens à apporter les précisions suivantes car les éléments que vous avancez peuvent induire nos compatriotes en erreur.
Vous avez annoncé 8279 tests à Maurice pour une population de 1,3 M d’habitants, soit 6368 tests sur une base d’un million d’habitants.
Vous avez ensuite tenté une comparaison hasardeuse sur ce même taux avec la Corée du Sud et vous avez annoncé le chiffre de 5200 tests par million d’habitants. Le site officiel du ministère de la santé sud-coréen annonce ce jour 527 000 tests pour une population de 52 millions d’habitants. Le ratio tests par million d’habitants est donc supérieur à 10 000 (soit le double de ce que vous annoncez à la nation).
Pour les États-Unis, vous annoncez 74 tests par million d’habitants alors que le chiffre réel est supérieur à 9 100 tests par million d’habitants. Le chiffre de 74 correspond plutôt au nombre de décès par million d’habitants et non pas à des tests. Si vous regardez la ville de New York, qui est l’épicentre du Covid-19 aux États-Unis, le nombre de tests par million d’habitants est supérieur à 25 000.
Au-delà de ces précisions, j’aurai quelques questions sur la stratégie du ministère de la Santé sur la réalisation des tests à Maurice.
Vous annoncez une moyenne de 300 à 350 tests/jour. Selon vos informations, 150 tests proviennent des «contact tracings». Par déduction les 150 tests restants sont pratiqués sur ‘les frontliners’, les patients des ‘fever clinics’ et les personnes en quarantaine. À date, nous avons plus de 30 000 frontliners (médecins, infirmiers, policiers,…) qui œuvrent au quotidien pour la population mauricienne. À ce rythme il nous faudra plus de 6 mois pour tester tous les frontliners. Est-ce que ces personnes ne méritent pas plus de considération ? On nous annonce une hausse importante du nombre de tests depuis 1 semaine mais malheureusement aucune évolution n’a été constatée.
Autre point, plusieurs agences de presse ont relevé que les patients en quarantaine ont dû procéder à leurs prélèvements pour le dépistage eux-mêmes. Pouvons-nous donc considérer ces prélèvements et ces dépistages comme fiables ?
Dernier point, vous annoncez que le ministère de la Santé va présenter son plan sur le dispositif de dépistage dans quelques jours. Dans le cadre de cette crise majeure où on nous annonce depuis le début que l’île Maurice est armée pour l’affronter, pourquoi attendre un mois de confinement pour présenter ce plan?
Bien à vous.

Un citoyen de la
République de Maurice