Accusez-vous la justice mauricienne de partialité ?

SUTTYHUDEO TENGUR

Chers membres,

C’est avec un plaisir dégoûtant que nous avons parcouru votre rapport avec les 45 réserves, recommandations, conclusions sur la situation raciale qui prévaut à Maurice. À la lumière de vos remarques, qui sont basées sur deux rapports qui vous ont été soumis – par qui ou quels groupes ? – l’impression qui se dégage est qu’à l’île Maurice, il n’y a qu’une seule communauté victime de persécution et qui n’a aucun droit dans un pays souverain où la loi suprême – la Constitution – garantit tous les droits.

À lire vos 45 points de conclusion, nous nous demandons si vous êtes vraiment des experts, payés par l’organisation onusienne, ou encore si vous n’êtes pas une bande de personnes à la solde d’un quelconque groupe avec un agenda caché.
Votre rapport ne tient pas compte d’autres discriminations par rapport à d’autres communautés sauf celle des « Créoles » sur laquelle vous consacrez pas moins d’une dizaine de paragraphes pour faire accroire que cette communauté subit un « génocide politique ». Qui plus est, vous vous immiscez dans les affaires mauriciennes en venant avec insistance proposer et soutenir certaines causes, telles la déclaration de la langue « Créole » comme une langue nationale ou encore l’utilisation de cette langue au niveau de l’administration publique et ailleurs.

Pire, vous venez réclamer une liste détaillée par ethnie, des prisonniers et aussi ceux qui ont fait l’objet de la justice. Pourquoi de telles demandes si elles n’ont pas été motivées par un quelconque agenda ? Est-ce que vous voulez délibérément accuser la justice mauricienne de partialité contre une communauté ?
Vos remarques laissent penser que vous n’êtes que des ignares en ce qu’il s’agit de la coexistence pacifique qui règne à Maurice entre toutes les différentes communautés.  Dans la communauté « Créole », il y a bien des intellectuels de grande valeur aussi bien que des étoiles montantes. D’ailleurs dans les « cités » où vit une bonne partie de cette communauté, il y a eu des lauréats « créoles » (fils d’un cordonnier), ou encore un jeune qui vient d’être recruté par une équipe de La Liga.

Les exemples ne manquent pas. Mais si vous vous appuyez sur la pauvreté qui est un thème dominant à travers le monde, sachez que le gouvernement mauricien a pris une série de mesures pour enrayer ce fléau en investissant des millions de roupies.

Chers membres,

Si vous vivez dans des tours d’ivoire, continuez à le faire et vivez grassement des deniers qui vous sont payés par les cotisations des pays membres de l’ONU dont l’île Maurice. Mais de grâce, épargnez-nous des rapports qui ne sont ni bons pour la poubelle ni pour autre chose…