Monsieur le Premier Ministre,
1. Votre décision d’imposer des lois
1.1  L’Observatoire de la Démocratie a obtenu une copie du Projet de loi COVID-19 Miscellaneous Provisions Bill et du Quarantine Bill que vous comptez faire voter le mercredi 13 mai 2020.

1.2  Ces projets de loi contiennent autant de bonnes que de mauvaises choses. Cet amalgame est pernicieux. Pour bénéficier d’une protection, faut-il céder sur ses droits et ses libertés? C’est inacceptable.

1.3  Ces lois, une fois votées, vont causer un tort immense à la démocratie républicaine et nos libertés. Elles vont peser lourd sur nos droits républicains. Elles vont détruire tout ce que nous avons gagné suite à des combats historiques engageant le Travaillisme et le Militantisme depuis 1936 en passant par 1971.

1.4  Nous considérons que toutes les personnes concernées (l’ensemble de la population) doivent avoir le temps de soumettre leurs commentaires et objections à vous-même, à votre gouvernement et encore plus important, doit avoir le temps de contacter leurs représentants à l’Assemblée nationale. Cette pratique étant le fondement de la démocratie représentative.

1.5  Nous mettons au défi quiconque, parmi les parlementaires, pourrait défendre ou s’opposer à ces lois de façon objective, rationnelle et dans l’intérêt de la population dans un si court laps de temps.

1.6  Il faut laisser l’Assemblée nationale travailler avec sérénité. Il nous faut la paix morale.

2. Notre protection aujourd’hui et demain
2.1  Notre démocratie parlementaire repose sur l’obligation du gouvernement d’écouter les membres de l’opposition parlementaire et de soumettre les amendements qu’ils pourraient proposer à un vote, si ces amendements ne sont pas acceptés par le gouvernement. Il existe des moyens pour accepter les amendements de l’opposition avant même le débat sur les deux projets de loi. Une rencontre s’impose entre vous et les représentants de l’Opposition parlementaire. Surtout son Leader. L’objectif est de chercher un consensus sur ce qui n’est pas nuisible et de discuter de ce qui est inacceptable. AVANT le débat parlementaire. Vous avez une majorité parlementaire mais PAS une majorité populaire.

2.2  S’il est évident qu’il faut protéger l’ensemble de la population, cela ne peut pas se faire par la coercition étatique, surtout dans l’application des sanctions dures. C’est la logique même des choses que, plus les sanctions sont dures, plus certains dans la pratique du népotisme, de la corruption de toute sorte, deviennent des intouchables.

2.3  Nous faisons tout notre effort pour vous soumettre un document ainsi qu’aux parlementaires et au chef juge. Ce document rassemble les opinions reçues par l’Observatoire. Il faut mettre en place une structure de communication pour écouter les citoyens et leurs associations.

2.4  Nous n’avons pas d’institution, durant cette période de confinement, pour vérifier les lois et s’assurer de leur constitutionnalité. Comme c’est le cas en France. Toute objection ne pourrait se faire judiciairement qu’après le confinement. Ceci n’est pas acceptable. Il sera trop tard. Toute victime ne pourra que réclamer des compensations.

3. Les grands enjeux
3.1 Vous avez initié des lois qui vont peser lourd sur la population pendant longtemps et qui provoqueront, à juste raison, un soulèvement contre votre régime. Il y a trop de choses insupportables et inacceptables. Ne croyez pas que la République est sans défense.
Inacceptable – La façon dont la Constitution est bafouée. Plusieurs éléments du Chapitre 2 de notre Constitution.
Inacceptable – Des impositions et des sanctions touchant la liberté de la personne humaine.
Inacceptable – Rétroactivité des lois tombant sous le Code Pénal. Inacceptable – Un pouvoir accru à la Police. Heureusement que nous n’avons pas d’armée dans notre République. Il ne faut pas confondre Police et Armée et Police et Fonction publique.

Inacceptable – L’enlèvement des droits acquis de la classe des travailleurs et de la justification des licenciements en période de crise sanitaire.
Inacceptables – Certaines sanctions pénales proposées.
Inacceptables – Les répercussions économiques de certaines décisions touchant la Banque de Maurice.
Inacceptable – L’imposition des ordres sur les employés qui ont leurs contrats de travail à faire respecter.
Inacceptable – L’imposition du Work from Home sans l’accord de l’employé (e) et de son époux (se).
Inacceptable – La pression exercée sur les enseignants. Inacceptables – Les décisions qui vont perdurer après le confinement.
La liste est longue.
3.2 Votre politique nous mène tout droit vers l’Étatisme. C’est une doctrine politique pratiquée par des manigances des régimes forts (bonapartistes), par des Dynasties familiales et claniques au pouvoir et par les bureaucraties dirigées par la Technocratie.
3.2  Conséquemment, nous vous demandons d’ouvrir le débat mercredi et de donner à l’opinion publique et aux médias le temps nécessaire d’une semaine, pour s’exprimer dans le cadre de deux pouvoirs fondamentaux: celui du peuple et celui des médias.

3.3  SURTOUT pour rencontrer et justifier vos propositions et écouter les contre-propositions. Il faut, comme nous vous l’avons déjà proposé, une instance consultative.

Il y a des solutions à tous nos problèmes.

Jack Bizlall- Président
Rowland Narraidoo – Ass.Secrétaire Observatoire de la Démocratie

cc- Le Leader de l’Opposition, Le Chef Juge, La Presse, Les parlementaires,
Les Fédérations Syndicales
Le 11 mai 2020