Les actionnaires de CIEL Ltd ont été convoqués à une assemblée spéciale le 25 avril prochain en vue d’avaliser le projet d’augmentation du capital de la société sous forme de « placements privés » pour un montant de Rs 2 milliards. CIEL a déjà dans son collimateur cinq ou six conglomérats et institutions financières de développement européens pour entrer dans son capital avec, à la clé, une participation à hauteur de 22,67%. Les capitaux frais qui seront levés serviront au financement des projets du groupe dans trois secteurs : l’hôtellerie–l’immobilier, les services financiers et les soins de santé privés.
Le groupe CIEL a déjà obtenu l’autorisation de la Stock Exchange of Mauritius Ltd (SEM) pour l’éventuelle cotation des nouveaux titres qui seront émis par la société dans le cadre de l’exercice de « placements privés ». Le conseil d’administration du groupe attend cependant l’approbation des actionnaires pour aller de l’avant avec cette levée de capitaux sous forme d’émission d’un maximum de 344 827 586 nouvelles « actions ordinaires » au prix de Rs 5,80 l’action. Ce prix représente un escompte de 10,2% par rapport à la valeur nette des actifs du groupe par action établie fin décembre. Cet escompte, indique la direction dans les « Listing Particulars » rédigés pour les besoins de la Bourse, est nécessaire, tenant en compte que les investisseurs privés ciblés verront leurs placements dans CIEL Ltd être bloqués (“locked in”) pendant une période de deux ans. Ces investisseurs ne pourront de ce fait vendre leurs actions sur le marché boursier pendant la période en question.
« L’ouverture de son capital à des investisseurs privés permettra à CIEL de lever des montants importants tout en nous donnant la possibilité de nous associer à des partenaires stratégiques qui croient au potentiel de développement de Maurice et de la région. Nous nous attendons à ce que le montant minimum investi par investisseur soit de Rs 200 M. Nous pensons lever près de Rs 2 milliards auprès de cinq ou six investisseurs européens, privés et institutionnels », déclare Jérôme de Chasteauneuf, directeur exécutif de CIEL, dans un communiqué de presse. Jérôme de Chasteauneuf ajoute que le conseil d’administration a la conviction que la formule de placements privés est « la meilleure solution » pour trouver les fonds supplémentaires nécessaires à la croissance du groupe. « Malgré le niveau d’endettement très raisonnable du groupe, il n’est pas dans le meilleur intérêt de la compagnie de se surendetter pour financer nos nouveaux développements. Trop de dettes détruisent de la valeur pour les actionnaires et ne permettent pas à la compagnie de payer des dividendes à un taux adéquat », fait-il ressortir.
« Firepower »
La direction de CIEL espère compléter l’opération de levée de capitaux frais avant le 30 juin 2014. « The fund raising exercise will give CIEL additional firepower to have a rapid ans strong expansion in these sectors notably in Africa », indique le document préparé par la société, où mention est faite des objectifs de développement et de consolidation de la présence du groupe dans les trois secteurs visés. CIEL a récemment annoncé des développements importants, principalement dans le secteur touristique à travers le rachat d’une part additionnelle de 10% du groupe hôtelier Sun Resorts, dont il est déjà l’actionnaire principal. CIEL devra prévoir des capitaux pour participer à l’augmentation de capital annoncée par Sun Resorts et soutenir l’Offre publique d’achat (OPA) déclenchée sur cette compagnie. Sun Resorts va, pour sa part, proposer une émission d’actions en “numéraird” (“Rights issue”) pour un montant de Rs 1,2 milliard et  CIEL compte y investir un minimum de Rs 471,8 millions. Le groupe va également participer au plan de restructuration financière de Constance Hotels Services Ltd.
D’autre part, le pôle financier de CIEL devrait connaître une croissance importante avec l’acquisition envisagée de la 2e plus grosse banque malgache, la BNI, filiale de la grande banque européenne, le Crédit Agricole, qui a décidé de se désengager de l’Afrique. L’autorisation de la Commission de supervision bancaire et financière de Madagascar a été obtenue pour ce rachat, qui devrait être réalisé d’ici fin avril. De plus, CIEL apportera une contribution financière de l’ordre de USD 5 millions au Kibo Fund 11, et ce après avoir lancé avec succès le Kibo Fund 1, dont les investissements sont tournés vers les pays d’Afrique.
Dans le domaine de la santé, CIEL, à travers son pôle de « Healthcare Services », veut jouer un rôle plus probant à travers l’exportation de ses services vers des pays d’Afrique de l’Est et de l’océan Indien, tout en consolidant ceux dispensés à Maurice. La compagnie de gestion et d’investissement, CIEL East Africa Healthcare Ltd, pense pouvoir décrocher des contrats de gestion des cliniques dans l’océan Indien et en Afrique de l’Est. CIEL veut mettre à profit le partenariat fructueux développé avec le groupe indien Fortis.
La direction de CIEL croit fermement que les projets d’expansion du groupe bénéficieront non seulement du renforcement du capital, mais aussi du développement du réseau international de CIEL.