ISMAËL NAZIR
Leader, Front Libération National (FLN)

Hormis Sookdeo Bissoondoyal, leader de l’IFB d’alors et Jules Koenig, leader du Parti Mauricien, les dirigeants des autres partis politiques, qui avaient participé aux conférences constitutionnelles de Londres dans les années soixante quand l’excision de l’archipel de Chagos fut conclue, ont tous été faits chevaliers de la Reine d’Angleterre. Ils sont, entre autres, sir Seewoosagur Ramgoolam (PTr) ; sir Abdool Razack Mohamed (CAM) ; sir Harold Walter (PTr) ; sir Satcam Boolell (PTr) ; sir Gaëtan Duval (PMSD) ; sir Anerood Jugnauth (MMM, puis MSM).

Nullement étonnant donc que les partis politiques qui ont dirigé ce pays depuis 1965 auraient trahi la cause chagossienne ! Comment auraient-ils pu faire  autrement, leurs principaux dirigeants ayant accepté d’être anoblis par la Reine, donc servant les intérêts des Britanniques?

À mon avis, quelle que soit l’issue de l’avis juridique recherché en ce moment à La Haye, une commission d’enquête mauricienne de haut niveau s’impose. Et ce, pour évaluer le degré d’une quelconque responsabilité des uns et des autres dans l’excision de notre territoire. D’autre part, la commission d’enquête pourra recommander les options à notre portée pour rétablir notre souveraineté sur les Chagos. Elle pourra aussi indiquer les moyens pour aboutir à un océan Indien zone de paix, exempt de nucléaire…