SORAYA RAMJANE

Exemples et modèles de non-violence, les Êtres de Paix ont été et seront toujours la preuve que la paix par les moyens de la non-violence est loin d’être une utopie. Alors que les instances de l’ordre social établies déclarent qu’il faut se battre et faire la guerre pour ‘avoir’ la paix, les Êtres de Paix démontrent qu’il faut éveiller sa conscience et ‘être’ soi-même la paix. Gandhi le disait bien : « Soyez le changement que vous voulez voir advenir autour de vous. »

C’est effectivement toujours dans un juste milieu, en alignant la fin et les moyens et en harmonisant leurs paroles et leurs actes, que les Êtres de Paix ont su  apporter de réelles alternatives non-violentes aux injustices de leur époque. Ils étaient tous conscients qu’il n’y a pas de chemin vers la paix, mais que la paix est le chemin.

Depuis plusieurs années, l’École Soufie Internationale, organisation qui œuvre à promouvoir la paix par les moyens de la non-violence à l’Ile Maurice et partout dans le monde, s’est lancée dans une étude sur la vie de ces Êtres de Paix. Car comme le dit toujours le responsable de l’École, Cheikh Aly N’Daw: « Les exemples et les modèles de paix sont déjà là. Ceux qui veulent ce qu’ils ont voulu, n’ont qu’à les suivre. »

Ainsi, l’École a étudié scientifiquement la vie de plus de quinze Êtres de Paix, dont Gandhi, Martin Luther King, Mère Teresa, Nelson Mandela, le Dalai Lama, Wangari Mathaai, William Penn et Cheikh Ahmadou Bamba. Tous sont de nationalité, de culture et de religion différentes, parlant différentes langues et vivant à des époques différentes. Or, les recherches ont mis en lumière de nombreuses similitudes dans leur parcours. Ces hommes et ces femmes que tout semble séparer sont, en fait, unis dans la quête d’un même idéal : celui de la paix.

Habités par cette conviction que la non-violence est un idéal de société, ils ont en premier lieu remis en cause leurs certitudes ancrées depuis l’enfance par l’environnement socio-économique, culturel et familial. Dans l’ordre social, ce sont ces héritages relationnel et historique qui maintiennent l’être humain dans un sommeil métaphysique et gardent sa conscience au repos. Les Êtres de Paix, quant à eux, ont eu l’audace, le courage et la volonté d’éveiller leur conscience suite à des chocs qu’ils ont vécus dans leur vie. Cela a impliqué un déconditionnement total et une profonde transformation de leur être.

Il n’est donc plus question de se demander comment faire régner la paix ou comment résoudre les conflits. Les Êtres de Paix ont balisé un chemin accessible à tout un chacun afin qu’on soit, comme ils l’ont été, acteur de changement dans le monde. Ils nous ont démontré que tout est une question de conscience. « Inutile de chercher à résoudre un problème sans d’abord changer la conscience qui est à la base du problème », déclarait Einstein, qui a su faire un véritable diagnostic de la société.

Il n’y a que l’individu qui prend conscience qu’il est né dans la paix et issu de la paix pour se libérer de l’ordre social et faire le choix de la non-violence afin de faire régner la paix en lui-même et autour de lui. C’est dans cet esprit que l’École organise régulièrement des ateliers de formation sur le Chemin Initiatique vers la Paix, qui est le résultat de ses travaux de recherches. C’est un parcours de douze étapes que l’École a élaborées pour permettre à tout un chacun de se déconditionner, de sortir de ses jugements, ses regrets et ses peurs, de s’aimer tel qu’il est et de prendre conscience qu’il est un bienfait pour l’humanité.

En vérité, les Êtres de Paix nous interpellent au plus haut degré. Ils nous offrent une expérience à portée de main. Il ne tient qu’à nous de faire le choix de cette alternative…

SORAYA RAMJANE

ECOLE SOUFIE INTERNATIONALE