L’opposition ne sera pas présente demain à la séance spéciale de l’Assemblée nationale consacrée à l’élection du nouveau président de la République, en l’occurrence Kailash Purryag. Cette action fait suite aux incidents mardi après-midi au Parlement opposant Paul Bérenger au ministre des Administrations régionales, Hervé Aimée, ayant débouché sur l’expulsion du leader de l’opposition par le Deputy Speaker, Pradeep Peetumber. « Notre action ne vise nullement Kailash Purryag. J’avais l’intention d’ailleurs de seconder la motion du Premier ministre », a affirmé le leader de l’opposition.
Tout portait à croire mardi après-midi au moment de la conférence de presse que donnait le leader de l’opposition, que la séance spéciale de demain allait se dérouler sans anicroches et que la motion présentée par le Premier ministre, Navin Ramgoolam, en vue de l’élection de Kailash Purryag serait secondée par Paul Bérenger. La joute verbale entre le ministre Hervé Aimée et Paul Bérenger autour de la Local Government Act a changé le cours des choses. En effet, à l’issue de la réunion hebdomadaire entre les dirigeants du MMM et du MSM à La Caverne hier après-midi, Paul Bérenger a annoncé que l’opposition ne sera pas présente au Parlement « en protestation contre le comportement de Hervé Aimée et du Deputy Speaker Pradeep Peetumber ».
« Tout le monde sait que l’opposition avait participé activement aux débats sur le Local Government Bill et que nous avions mis en lumière toutes les lacunes de ce texte de loi. Alan Ganoo, moi-même et d’autres parlementaires de l’opposition avions proposé depuis cette époque qu’une penalty soit prévue pour tout parti politique qui ne respecterait pas la loi en mettant une femme dans chaque arrondissement lors des élections municipales », a affirmé Paul Bérenger. Le leader du MMM a souligné que, selon ses renseignements, le Parquet a fait une recommandation en ce sens. Cependant Hervé Aimée n’aurait pas accepté. « Il y a de quoi être enragé lorsqu’on entend Hervé Aimée venir affirmer que l’opposition est “wise after the event”. »
Paul Bérenger s’est également élevé contre le fait que le ministre des Administrations régionales ait, en réponse à une question de Rajesh Bhagwan, manqué de respect à la Commission électorale et se soit permis de menacer le leader de l’opposition sans que le Deputy Speaker n’intervienne. Et de dénoncer également ce qu’il estime être un mauvais rôle joué par le ministre Shakeel Mohamed, qui a poussé Hervé Aimée à demander au leader de l’opposition de withdraw le terme « bourrique ». Selon lui, cet incident aurait pu être désamorcé n’était-ce l’inexpérience du Deputy Speaker. « Un Deputy Speaker Learner s’est permis d’expulser le leader de l’opposition », a-t-il lancé. Ne voulant pas donner l’impression qu’après tout ce qui s’est passé les choses continuent normalement – business as usual –, l’opposition a décidé de ne pas être présente à la séance spéciale de demain qui sera présidée par ce Deputy Speaker.
« Cette action ne vise nullement Kailash Purryag à qui nous présentons nos félicitations. Nous n’avons pas de doute qu’il sera un très bon président mais nous ne pouvons pas donner l’impression que c’est du business as usual », a-t-il dit.
Pour sa part, le président du Parti travailliste, Patrick Assirvaden, a estimé que la séance parlementaire de demain n’a rien à faire avec les incidents qui ont eu lieu au Parlement mardi. « Selon nos renseignements, sir Anerood Jugnauth et le MSM ont fait pression sur le MMM et se sont opposés à la présence du MMM et de Bérenger au Parlement pour soutenir la motion du Premier ministre en vue de l’élection d’un président qui succédera à sir Anerood Jugnauth » a-t-il dit. « L’élection d’un président est un événement très important et on ne peut se permettre de s’absenter du Parlement. Nous sommes donc arrivés à la conclusion que le MMM a cédé devant les caprices et les menaces du MSM contre le MMM et Paul Bérenger », a poursuivi Patrick Assirvaden. « Le MSM se serait senti humilié », a-t-il estimé.
Les préparatifs en vue de l’élection du nouveau président de la République vont bon train à l’Hôtel du gouvernement. Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a eu ce matin une dernière séance de travail avec Monique Ohsan-Bellepeau en sa qualité de présidente par intérim. Selon nos renseignements, l’actuelle Speaker Kailash Purryag soumettra sa démission aussitôt que son nom aura été prononcé par le Premier ministre à l’Assemblée nationale.
Par ailleurs, Navin Ramgoolam présentera une motion concernant l’élection d’un nouveau Speaker mardi prochain… Le nom de Razack Peeroo est cité comme nouveau Speaker.