Les membres de l’Alliance de l’Avenir n’ont pas souhaité commenter l’implication du DPM, Rashid Beebeejaun, dans l’affaire MedPoint, renvoyant la presse à l’enquête de l’ICAC.
Malgré l’insistance de Week-End pour savoir si le DPM avait déclaré ses avoirs au Speaker, et pourquoi il n’avait pas déclaré ses intérêts dans MedPoint, la chargée de communication du PTr n’a pas voulu faire de commentaires :« L’ICAC est en train de faire son travail. Nous nous tenons aux fonctions des institutions. Le DPM a émis un communiqué où il dit qu’il n’a rien à se reprocher et qu’il est disposé à se rendre à l’ICAC », dit-elle. Et Patrick Assirvaden d’ajouter que « nous avons toujours été cohérents depuis le début : laissons l’ICAC faire son travail. C’est d’ailleurs la raison principale de notre désaccord avec le MSM ». Nita Deerpalsing indique toutefois que « le gouvernement veillera à ce le scandale du siècle ne devienne pas le blanchiment du siècle. Et peu importe la couleur politique, la ou les personnalités impliquées, la vérité sur MedPoint doit éclater ».
Bois de roses : pas de commentaires
Idem pour l’affaire Bois de Roses, indiquent les membres de l’Alliance de l’Avenir, se refusant à tout commentaire sur le sujet. « Il existe des institutions qui doivent faire leur travail lorsqu’il y a des allégations ou des accusations. Laissons ces institutions travailler en toute indépendance, contrairement à ce que certains voulaient faire. Et ceux qui doivent assumer leur responsabilité devront assumer leur responsabilité », dit Nita Deerpalsing. Patrick Assirvaden sourit, ajoutant qu’il a « simplement entendu dire qu’un ancien ministre MSM serait dans de beaux draps ».  
Concernant les discussions qui se font entre Paul Bérenger et tantôt le Premier ministre, tantôt le leader du MSM, Nita Deerpalsing fait ressortir que « le leader du MMM souhaite discuter de la réforme électorale. C’est son droit. C’est un sujet sur lequel le PTr et le MMM a toujours été d’accord. Laissons les discussions continuer. C’est une relation constitutionnelle ». Toutefois, à la question de savoir si l’Alliance de l’Avenir aura le même rythme de rencontres avec Paul Bérenger que celui-ci avec le MSM, Lindsay Morvan fait ressortir que « c’est choquant de voir que pendant cinq ans qu’ils ont été ensemble au gouvernement, ils n’ont pas discuté de réforme, et qu’ils n’ont eu aucune discussion lorsqu’ils étaient ennemis. C’est encore plus choquant de voir combien régulièrement ils se rencontrent aujourd’hui ». Nita Deerpalsing ajoute que « la population n’est pas bête et regarde le cinéma qui se déroule sous ses yeux. Il est clair que ces rencontres relèvent d’une tentative désespérée de stopper l’hémorragie »
Interrogé sur la question de transfuge, le PTr souligne que « ce mot est utilisé lorsque quelqu’un littéralement et physiquement cross the floor et trahi le programme pour lequel il a été élu ». Avançant qu’il y a beaucoup de démagogie autour de cette question actuellement, Nita Deerpalsing a voulu mettre les points sur les i. « Transfuge, c’est lorsqu’on abandonne le contrat effectué avec son électorat et qu’on fait le contraire de ce pourquoi le peuple a voté pour soi. Nous avons été élus pour soutenir le Premier ministre dans son programme. Nous n’avons pas été élu pour faire le contraire. Il faut réfléchir et se poser la question suivante : qui a véritablement cross the floor« , dit-elle. 
Concernant les récentes nominations, Nita Deerpalsing assure que le PTr s’en réjouit. Cela, en dépit du fait que c’est le parti allié, notamment le PMSD, qui semble avoir été privilégié, voire des nouveaux venus, dissidents du MSM.« Lorsqu’on aime une équipe, nous ne soutenons pas des joueurs, mais l’équipe entière. Peu importe quel joueur est mis de l’avant pour pouvoir marquer des buts », dit-elle. Elle ajoute qu’« il n’y a pas de doute que chacun aidera de son mieux son camarade avec l’ambition to deliver« . Et en dépit de la défection du MSM du gouvernement, la question de revoir le slogan « Alliance de l’Avenir » ne se pose pas, dit-elle. Répondant aux questions de la presse à ce propos, elle soutient qu’« aux dernières élections, les élus gouvernementaux sont venus devant le peuple avec un programme, avec une vision pour la société. Si un parti a souhaité sauvegarder les intérêts familiaux au détriment de ceux de la population, nous, le tandem PTr/PMSD, nous continuerons à honorer nos engagements pour l’avenir du pays ».