On ne présente plus Jean-Georges PROSPER, auteur de notre immortel Motherland, Docteur-ès-Lettres de la Sorbonne, titulaire de nombreuses prestigieuses décorations dont les Palmes Académiques françaises, et l’on peut curieusement s’étonner qu’une telle sommité de la littérature mauricienne de culture française, ait eut un jour un maître. Et pourtant !
A tel point qu’il a consacré un ouvrage qui retrace le parcours de son ancien Professeur au Collège Royal de Port-Louis, qui eut également comme élève pas moins que l’ancien Président de la République, M. Cassam UTEEM entre autres.
Ce recueil, intitulé « REMEMBER », est à la fois un pan de notre histoire, un essaim de poèmes sous la plume de PG Télescourt, et une correspondance assidue étalée sur plusieurs années dans laquelle l’élève J.G. Prosper dit toute l’admiration et la gratitude qu’il porte à son Maître, « poète, conteur et distingué professeur de Lettres à Maurice puis en Australie, élevé à la dignité de Chevalier dans l’ordre des Palmes Académiques le 7 août 2003 ».
Au pays natal sa « déchirure », son « sang », à peine sorti du collège en 1944, P.G. Télescourt fut « entraîné par les sables mouvants de la poésie française par Marcel CABON », autre grand maître de notre littérature de langue française. Au collège Royal, il y enseigna les littératures française et anglaise avec pour collègue, entre autres, le grand Sir Dayendranath BURRENCHOBAY, affectueusement, « Baron », et fut appelé, par la suite, à occuper le poste de Chief Education Officer au sein du Ministère de l’Education sous l’égide du même « Baron » qui aurait mérité, selon lui, ce titre, par sa finesse d’esprit et son amabilité toute noble.
J.G. Prosper déploie dans cet ouvrage, toute sa maîtrise de l’écriture et de la rhétorique à la gratitude de son « vénéré et regretté » Maître qui lui a tant inspiré.
02/12/2011