Le 28 mars, le public mauricien les découvrira sur la scène du J&J Auditorium pour le spectacle Li Té Ve War. Le Réunionnais Davy Sicard, le Seychellois Patrick Victor, les Malgaches Jaojoby Eusèbe et Rajery et la Mauricienne Linzy Bacbotte-Raya (qui est honorée de faire partie de cette grande rencontre entre les îles de l’océan Indien) parlent tous du métissage dans sa plus large acception. Étant eux-mêmes métis, ils se disent fiers de l’exprimer devant tout l’océan Indien. Ils parlent d’un héritage qu’il faut préserver et partager.
Pour chacun des participants, l’idée de cette version prolongée du spectacle réunionnais Li Té Ve War tombe à point et lui offre une belle occasion de retrouver ses frères et soeurs de l’océan Indien. Une rencontre qui se fait aux rythmes des voix, de la musique et de ses instruments, et également de la danse. Une histoire profonde pour dévoiler un mélange de cultures. Une trame dans laquelle ils se retrouvent tous. Celle qui parle du métissage et de la culture. De la découverte de soi et de ses origines.
Avant même de se retrouver dans ce projet, Davy Sicard, qui a fait partie de l’équipe d’origine du spectacle, raconte qu’il avait senti le besoin de connaître ses origines. C’est la musique qui lui a donné la chance d’aller plus loin dans ses questionnements et ses recherches. Aujourd’hui, le chanteur réunionnais, qui est né d’un père malgache et d’une mère cafrine et qui a une grand-mère indienne, confie qu’il vit de mieux en mieux son métissage culturel. Pour lui, il est nécessaire de mettre en valeur le multiculturalisme.