La compagnie aérienne nationale, Air Mauritius, ne compte nullement remettre en question la principale composante de son nouveau Business Model adopté depuis le début de cette année. C’est ce qui découle de la lecture du bilan financier pour le premier trimestre de l’exercice en cours avec des pertes de Rs 400 millions (10,4 millions d’euros), conséquence de la dépréciation de l’euro par rapport au $ US. Les pertes attribuées à ce dernier facteur sont évaluées à 8 millions d’euros (Rs 320 millions).
« Air Mauritius, anticipant les difficultés et tenant compte de la fragilité du marché européen, avait déjà commencé à rééquilibrer sa croissance vers les pays du pourtour de l’océan Indien et de l’Asie. Dans cette optique, la suppression des vols longs courriers et le renforcement du réseau autour des hubs courts et moyens courriers annoncés en février dernier permettront d’accélérer ce rééquilibrage nécessaire même si des effets devraient se faire sentir au second semestre », déclare Air Mauritius en guise de commentaires au bilan financier pour le trimestre se terminant au 30 juin dernier.
D’avril à juin de cette année, Air Mauritius a enregistré une progression de 7,4% en terme de passagers transportés, soit un nombre record de 292 449, et une amélioration de ses revenus d’opération de 12,5% pour établir une nouvelle pointe de 104,5 millions d’euros. « L’augmentation de notre part de marché, et ce malgré une concurrence accrue, démontre la pertinence et la cohérence de la politique commerciale de la compagnie. Ces résultats confortent le statut de la compagnie en tant que leader et premier partenaire pour le secteur touristique et sont de bon augure pour le reste de l’exercice », ajoute la direction générale d’Air Mauritius.
« Had it not been for the depreciation of the euro against the dollar (causing a negative impact of 8 million euros on our accounts), the company would have posted losses of 2,4 million euros », avance le CEO Viljoen. « Toutefois, l’incertitude causée par la crise économique mondiale, et en particulier les difficultés majeures en Europe (avec ses conséquences néfastes sur le tourisme notamment long courrier), la concurrence féroce, la volatilité du prix du carburant et celle du taux de change euro/dollar imposent une vigilance accrue », conclut Air Mauritius, qui affirme avoir atteint la vitesse de croisière pour la mise à exécution du 7-Step Plan en vue d’un retour à l’équilibre financier.