Avec le départ du Chief Executive Officer d’Air Mauritius, André Viljoën, à la fin de son contrat, Raja Buton a été désigné Officer in Charge avec pour mission délicate d’enclencher l’étape intiale de la mise à exécution du plan de restructuration du personnel. Les membres du board de la compagnie aérienne nationale, réunis, jeudi, ont participé à une présentation en détail des recommandations du HR Audit mené par la firme de consultants Aon Hewitt. La principale conclusion de cette étude, commanditée en début d’année dans le cadre d’une Cost-Cutting Operation, est qu’Air Mauritius peut envisager de réaliser des économies de l’ordre de Rs 350 millions au cours des deux ans à venir avec un Downsizing par étapes de son personnel numéraire.
Des sources bien informées indiquent que les consultants d’Aon Hewitt sont catégoriques que dans la conjoncture et surtout dans ce contexte de compétition féroce venant d’autres compagnies aériennes, Air Mauritius pourra difficilement tenir le coup avec une facture salariale de plus de Rs 500 millions. Le rapport souligne au cours de ces deux dernières années, des révisions salariales pour certaines catégories d’employés, dont les pilotes.
D’où la recommandation de procéder à une réduction de ce deuxième plus important item de dépenses dans le budget annuel de la compagnie aérienne de l’ordre de Rs 350 millions échelonné sur une période d’au moins deux ans. Soit le temps pour la compagnie aérienne d’absorber le coût de ce dégraissage du personnel et aussi de permettre d’atténuer et de mieux gérer le coût social de la mise à exécution d’une telle décision.
À ce stade, les sources approchées font preuve de réticence pour confirmer le nombre de postes sous menace de suppression alors que le nombre d’employés, dont ceux d’Airmate, varie entre une pointe de 3 100 et 2 900 avec les départs non-remplacés de ces derniers temps. Le rapport d’Aon Hewitt, qui définit le personnel optimal dans le cadre de cette restructuration de chacun des départements d’Air Mauritius, confirme que certains souffrent d’Overstaffing et que d’autres sont Understaffed, d’où un urgent besoin de rééquilibrage en vue de rendre la viabilité aux opérations.
Un communiqué officiel émis, hier, par Air Mauritius après la réunion du conseil d’administration de jeudi note que « Air Mauritius Board of Directors met yesterday and took cognizance of the Manpower Audit report that it commissioned earlier this year. The report prepared by international HR firm AON Hewitt confirms overstaffing in certain areas of the company while it took note of understaffing in some other areas. Productivity issues have also been identified. »
Après ces délibérations axées sur le HR Audit, monopolisant du même coup toute la réunion du board, un calendrier de travail a été établi pour les prochaines semaines en vue d’entamer les discussions avec les syndicats d’Air Mauritius et les représentants des employés pour la mise en pratique des recommandations. Les premiers contacts pourraient être établis dans les prochains jours par le management par rapport aux départements les plus sensibles compte tenu des « far reaching consequences » des mesures préconisées par les consultants.
L’objectif déclaré du board d’Air Mauritius consiste à s’assurer « a timely implementation of the recommendations ». Toutefois, au sein de la compagnie aérienne, l’on concède que des économies de l’ordre de Rs 350 millions sur une période de deux ans constituent un « tall order » et exigent un doigté certain pour éviter tout traumatisme démesuré au sein du personnel. Le board confirme sa détermination à encadrer les efforts du management dans cette voie en multipliant les contacts à tous les niveaux.
Dès le début de la semaine, l’Officer in Charge, Indradev (Raja) Buton qui assume les fonctions de Executive Vice President Strategic Planning and Information Systems, avec un droit de regard sur le département commercial d’Air Mauritius, devra s’attendre à de multiples requêtes de la part des représentants des employés en vue de prendre connaissance des intentions de la direction sur cette question de restructuration du personnel.