Répondant à une question du député mauve, Reza Uteem sur le World Press Freedom Index et les mesures qu’il compte prendre pour améliorer la liberté de la presse à Maurice, le Premier ministre a déclaré que « Maurice figure parmi les 5 premiers des 49 pays de l’Afrique subsaharienne à avoir la liberté de la presse ». Navin Ramgoolam a par ailleurs indiqué « être le premier à être d’accord que la presse a le droit de critiquer » mais que celle-ci « doit agir de manière responsable ». Le député MMM Joe Lesjongard a invité le chef du gouvernement à commenter la récente déclaration du ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, à son encontre à Plaine-Magnien. Selon Navin Ramgoolam, les journaux ont « missed on purpose » des précisions.
Selon le Premier ministre, seuls 25 pays sur 167 ont été classés comme étant vraiment démocratiques sur le plan de la liberté de la presse. Navin Ramgoolam devait ajouter que les journaux ont un « unrestricted access on the net ». Le député Uteem devait alors lui demander comment se fait-il que le classement de Maurice a été ramené au 67e rang selon le World Press Freedom Index et s’il ne pense pas que c’est la MBC qui est responsable de cette détérioration. Le chef du gouvernement a cité d’autres chiffres qui ne semblaient pas corroborer avec ceux avancés par le député mauve.
Le leader de l’Opposition Alan Ganoo a pour sa part estimé qu’il y a toujours moyen d’améliorer et qu’une des mesures de contourner la pression antidémocratique est d’accorder la publicité à toute la presse et non pas seulement à quelques-uns. Le Premier ministre a répondu ironiquement que c’était une bonne question. Il faut voir, a-t-il dit, s’il faut s’ouvrir à davantage de journaux ou se limiter à seulement deux.
Joe Lesjongard devait questionner Navin Ramgoolam sur la récente déclaration du ministre des Finances Xavier-Luc Duval à son encontre à Plaine-Magnien. Après avoir estimé que les journaux ont « missed on purpose » certaines choses de cette déclaration, le PM a cédé la parole à Xavier-Luc Duval qui devait lancer au député Lesjongard : « Unless the member was there », il n’a jamais prononcé la phrase qui lui est imputée et ne le fera jamais.
Le Whip de l’Opposition Rajesh Bhagwan a voulu savoir si le gouvernement a accordé une quelconque faveur au journal Advance, ce à quoi le Premier ministre a répondu par la négative.
Rajesh Bhagwan a par ailleurs demandé au PM si pour les deux prochaines années avant les Législatives, il comptait venir avec un nouveau Parlement avec de nouvelles lois. Navin Ramgoolam devait répondre que l’idée d’un nouveau Parlement émane du Parti travailliste « because we see what futile opposition we have ». Ce à quoi le Whip de l’Opposition devait souligner que « whatever the decision, we are guided by the opinion of the public ». Poursuivant sur ce ton, le député mauve devait ajouter : « Every Tuesday, we are harrassed by the MBC TV and its director sitting just here. Every Tuesday, it’s a nightmare ! » À Navin Ramgoolam de réagir : « If you say the MBC harrasses you, what does the MBC show picture of you ? » Ne manquant pas de répondant, le député de Beau-Bassin/Petite-Rivière dira en direction de XLD avec une quasi tendresse, assortie de verve : « Xavier ena rezon ! ». Ce dernier manifestera discrètement sa désapprobation.
Veda Baloomoody posera une question sur la déclaration jugée « choquante » par la presse de Hervé Aimée, ministre des Administrations régionales, à l’encontre de l’Église catholique, notamment à travers le qualificatif « kouyon ». Le PM défend son ministre déclarant : « His comment has been misinterpreted » et mal rapporté. Pourtant, le député Ameer Meea présente une copie du CD qui contiendrait, dit-il, les propos de Hervé Aimée. Le Premier ministre ajoutera que le bien-être des Agaléeens devrait demeurer le but premier du gouvernement vis-à-vis de ses habitants. Il a parlé d’une liste de projets du gouvernement concernant Agalega dont la construction de 50 unités de logement, d’un centre de refuge en cas de catastrophes naturelles. L’Opposition devait lancer : « Futile answer ! ». À Veda Baloomoody de questionner encore Navin Ramgoolam, lui demandant si un ministre peut traiter l’Église catholique de « kouyon ». Le PM parlera d’« attaque raciale » de la part du député mauve. Et Lormus Bundhoo de lancer à plusieurs reprises, couvrant les réponses du PM : « Demon pa dir ? » faisant allusion aux propos énoncés dans le passé par sir Anerood Jugnauth.