Le vice-Premier ministre et ministre des Finances Xavier-Luc Duval a été reçu en audience hier par le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, pendant une heure à la présidence, à Libreville. Il était accompagné de la PPS Aurore Perraud et de l’ambassadeur mauricien itinérant en Afrique, Azad Dhomun. Auparavant, il s’était adressé aux hommes d’affaires gabonais et mauriciens pour leur dire que Maurice souhaite s’engager auprès du Gabon pour créer un axe de développement allant de l’océan Atlantique à l’océan Indien, « le Gabon servant de plateforme pour le continent américain et Maurice servant de trait d’union vers l’Asie ». Pour lui, les possibilités d’investissements croisés de Maurice vers le Gabon, et vice-versa, sont « bien réels ».
A sa sortie de la Présidence, Xavier-Luc Duval a déclaré avoir dit au président Bongo combien il était émerveillé par le Gabon et son environnement, ainsi que concernant le potentiel de développement économique existant entre les deux pays. « J’ai félicité le président pour le fort taux de croissance réalisé au Gabon. Si nous avions ce taux à Maurice, nous serions allés très loin », a-t-il dit. Selon lui, la visite de M. Bongo Ondimba à Maurice, en octobre dernier, a été « un point tournant dans les relations » entre Maurice et le Gabon.
Aux industriels gabonais, le ministre des Finances a expliqué que les relations étroites entre le Gabon et Maurice « sont le fruit de la grande amitié qui existait entre l’ancien chef d’État gabonais Omar Bongo et sir Gaëtan Duval », qui date des années 70. « Nos deux pays connaissent une forte croissance, qui nécessite non seulement des moyens financiers importants, mais aussi des ressources humaines adéquates. Ces deux facteurs joueront un rôle prépondérant dans le développement économique de Maurice et du Gabon », a-t-il déclaré. Le vice-Premier ministre a ensuite rappelé que Maurice, « qui aspire à devenir un pays à hauts revenus dans les six prochaines années », offre « des possibilités d’investissements intéressantes aux Gabonais » désireux d’étendre leur champ d’activités.
Selon lui, Maurice pourrait aussi fournir son savoir-faire et ses compétences dans des domaines aussi variés que l’agriculture, les TIC, les centres d’appels, l’agroalimentaire, le secteur halieutique, le textile, le tourisme, l’immobilier et les services médicaux, entre autres. Maurice peut également, a-t-il ajouté, aider dans les domaines de la médecine ainsi que des services financiers et légaux. Maurice offre, depuis l’année dernière, 50 bourses d’études, tout frais payés, aux
Africains. « Maurice et le Gabon partage une vision commune du développement économique. Vous avez le Gabon bleu, nous l’appelons l’économie océanique. Vous avez le Gabon vert, nous avons le projet Maurice Ile Durable. Vous avez le Gabon des Services, et nous sommes en passe de devenir un pole de services d’excellence pour la région », a-t-il déclaré. Xavier-Luc Duval a rappelé que, pour faciliter le mouvement des personnes, Maurice a aboli les visas pour les ressortissants de 50 pays africains, y compris pour le Gabon. Et d’évoquer ensuite le Mauritius Africa Fund, qui accompagnera les investissements mauriciens sur le continent. « Nos exportateurs bénéficient désormais d’une subvention sur le coût du fret équivalent à USD 300 par conteneur. Le coût de l’assurance-crédit à l’exportation est subventionné à 50% », a-t-il également indiqué. Le vice-Premier ministre poursuit sa visite au Gabon aujourd’hui.