Les entraîneurs ne comprenent pas pourquoi la priorité n'a pas été donnée à ceux qui ont suivi la formation pour une Licence C
  • Des participants, mécontents, se posent beaucoup de questions d’autant qu’ils ont déboursé Rs 10,000 pour suivre cette formation

Pourquoi les 19 entraîneurs qui avaient participé en août 2017 à un stage de formation pour décrocher une Licence C de la Confédération africaine de Football (CAF) n’ont-ils toujours pas obtenu leurs résultats ? Mécontents, certains ont décidé de monter au créneau pour se faire entendre. D’autant que jusqu’ici, ils estiment n’avoir pas eu des explications claires auprès de la Mauritius Football Association (MFA). Cette dernière renvoyant à chaque fois la balle à la CAF.

À l’heure ou le football local va de mal en pis et ou la formation constitue l’élément de base pour réussir, des entraîneurs se sentent plus que jamais léser et frustrer. Deux années se sont écoulées et ils attendent toujours de connaître les résultats de leurs examens pour décrocher une Licence C de la CAF. « Nous sommes très déçus et surtout très remontés, étant donné que nous avons dépensé une grosse somme d’argent (Rs 10 000) pour participer à cette formation. Qui plus est, nous avons donné de notre temps dans la mesure où cette formation était sur une journée complète et a duré deux semaines. Si nous y avions assisté, c’était surtout pour être mieux formés », déplore des entraîneurs.

Si ces derniers ont décidé de suivre cette formation, c’est par souci de nourrir leurs connaissances, afin d’être en mesure d’aider le football local à progresser. Sans compter que cette Licence C de la CAF permet à ses encadreurs d’être éligible d’accompagner les jeunes pendant leur formation, mais également d’entraîner les clubs au niveau national. « C’est l’équivalent de la Licence C de l’Union Européenne de Football Association (UEFA) », indique l’un des 19 éléments ayant suivi le stage.

«Tout cela n’est pas normal »

Ce dernier ajoute, tout comme d’autres, avoir sollicité la MFA pour savoir de quoi il en retourne. Malheureusement, dit-il, c’était à chaque fois le même refrain. « On nous répond, à chaque fois, que les questionnaires ont été envoyés à la CAF pour correction. La MFA s’est-t-elle au moins renseignée auprès de la CAF pour savoir de quoi il en retourne ? Est-ce normal de débourser Rs 10 000 et ne pas avoir ensuite les résultats de ses examens ? La fédération a-t-elle au moins pris cela en considération. Pour combien de temps encore devrons-nous attendre pour avoir ses résultats ? Tout cela n’est pas normal », s’insurge cet entraîneur. D’autres diront qu’ils ne savent plus à quelle porte frapper. Ce qui est encore plus révoltant, fait-on ressortir, c’est qu’en l’absence de ce précieux document, leur métier d’entraîneur, voire leurs potentiel, n’est pas reconnu.

D’autre part, les entraîneurs contactés se demandent si ceux affectés à la nouvelle structure, sise à Côte d’Or, à savoir la Liverpool International Football Academy, sont eux détenteur d’une Licence pour être en mesure d’opérer ? Ou encore pourquoi les autorités concernées n’ont pas donné la priorité à ceux qui ont suivi le stage pour décrocher la Licence C de la CAF ? Car pour l’heure, disent-ils, seul Yash Veeranah, ancien joueur de la sélection nationale fait partie de cette structure.

Liverpool Academy…

Hormis Yash Veeranah, deux autres anciens joueurs ont actuellement la possibilité d’entraîner à un certain niveau, à commencer par l’ancien joueur du Club M, Colin Bell. Celui qui a fait ses gammes aux côtés d’Akbar Patel en tant qu’assistant lors des derniers Jeux des Iles de l’Océan Indien, est le nouvel entraîneur de Pamplemousses. Quant à Daniel Ramsamy, il fait lui partie du centre technique, alors que quelques uns travaillent dans des écoles de foot.

Ce qui est sûr, c’est que ces entraîneurs sont très déçus par la façon dont ce dossier est traité à la MFA, au cours de ces deux dernières années. D’autant, disent-ils, que le football a grandement besoin de cadres bien formés pour aider à rehausser son niveau. « La vision de la CAF était de former les entraîneurs de demain ayant les bonnes bases notamment sur le plan de la formation. Combien de jeunes footballeurs, avide de réussir, n’ont pas les bonnes bases de nos jours. C’est d’ailleurs pour cette raison aussi que le football local stagne. Nous avons suivi ces deux semaines de stage, car nous avons à cœur d’œuvrer pour le bien-être du football. Malheureusement, on ne sait pas ce qui se passe », déplore-t-on.

À noter que cette formation pour une Licence C de la CAF avait été placée sous la supervision d’Akbar Patel, de Nirmal Rewa, d’Alain Jules, de Rajesh Gunesh et de Rajen Dorasami. Les 19 stagiaires étaient Ved Ayasamy, Christopher Perle, Jaya Pillay, Jean Noel Marie, Dario Sutton, Pramen Armoogum, Vincent Labonte, Joel Thomas, Colin Bell, Hailey Appadoo, Jean-François Amomoothoo, Mahen Saulick, Daniel Ramsamy, Michael Badal, Billy Zuhel, Yash Veeranah, Mahen Rajcoomar, Denis Etiennette et Kona Herkanaidu.