« Malgré ki mo ti écrire Sarah Lallah pou garde bann employés lor contrat pendant ki board deliberer, zot inn outre passe mo recommandation », déclare le minsitre des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), Tassarajen Chedumbrum Pillay. Actuellement en pèlerinage en Inde avec sa famille, le ministre affirme que Mauritius Telecom (MT) a profité de son absence pour agir derrière son dos.
La semaine dernière, les membres de la Mauritius Telecom Employees Association avaient convié le ministre des TIC, à une collation le jeudi 29 décembre. A l’agenda de cette rencontre des plus amicales : la révision des salaires depuis 2008, l’absence d’arrérages pour quelques 200 employés et la situation précaire des employés contractuels. « Je vous soutiens car la cause est légitime. Je ne veux pas que quiconque ait le sentiment de ne pas être en sécurité dans son emploi. Ce n’est pas un climat sain », leur avait dit Chedumbrum Pillay.
Or, il déplore à ce jour que des employés aient été licenciés à son insu et ce alors qu’il est absent du pays. « Je considère que c’est très grave. C’est improper de la part du management alors que j’ai warn in writing que ces employés puissent travailler sur une base provisoire en attendant que le board délibère », affirme-t-il.
224 employés de Mauritius Telecom – dont deux sont aujourd’hui décédés – ont refusé de signer le rapport Appanah en 2008 ayant trait à la révision salariale de MT. Ils n’approuvent pas le montant prévu, de même que certaines clauses du rapport. Ils n’ont de fait pas reçu d’augmentation. Une trentaine seulement ont été dédommagés avec effet rétroactif, mais à partir de janvier 2011 seulement et non 2008.
Il estime « pas correct » que la direction, comme le lui affirment certains employés contractuels, ne veuille pas renouveler leur contrat. « J’ai parlé au CEO (NdlR : Sarat Lallah). Pour lui, ce n’est pas un issue. Il m’a indiqué que c’est le board d’administration qui doit décider ».
Le ministre avait rappelé qu’il a rencontré les directeurs de France Telecom, partenaire de Mauritius Telecom (MT) et que ceux-ci ne se sont pas montrés contre une régularisation de la situation des employés. «Quand vous parlez de bonne gouvernance, il faut que vous soyez sincère dans ce que vous dites », lance-t-il ironiquement, faisant implicitement allusion au CEO.?Or, c’est tout le contraire qui s’est produit. Dans une déclaration à Week-End hier après-midi, le minsitre des TIC a affirmé que Sarat Lallah devra maintenant assumer les conséquences puisqu’il agira dès son retour.
Haniff Peerun, président du Mauritius Labour Congress (MLC), qui apporte son soutien à la MTEA, avait dit au ministre que « si le board n’agit pas bien, vous devez être en mesure de lui dire de lev pake ale ». Avant de prévenir que « n’importe quand, nous sommes prêts à descendre dans la rue ».
Intérrogé téléphone hier, ce dernier a confirmé les propos du ministre Pillay, des membres ont bien été licenciés. Haniff Peerun a maintenu sa position de manifester si besoin est. Pour lui, le ministre est Pillay est un des rares ministres qui agit dans l’intérêt des employés.
Malleck Amode, négociateur de la MTEA, devait de son côté faire ressortir que MT « s’est vu attribuer un award en Human Relations. Mais est-ce que cela se traduit dans la pratique. C’est la question que je me pose ! » Il a suggéré qu’il y ait une réunion tripartite entre le gouvernement, MT et les employés.
Pour sa part, le président de l’association indique que cette situation ne concerne que deux employés. « On les a proposé de renouveler leur contrat mais sans aucune garantie, voilà pourquoi ils n’ont pas signé. Je vais maintenant attendre – puisque le cas est devant les instances – avant de décider », indique Raj Rajoonath.
———————————————————————————————————————————
SATURATION DU RÉSEAU EN PÉRIODE DES FÊTES: Cela devrait changer avec le cable optique et le cable Lion
Concernant la saturation du réseau d’où l’impossibilité d’envoyer des messages durant la semaine avant les fêtes, le ministre des TIC Tassarajen Pillay Chedumrum se dit insatisfait de la réponse fournie par Mauritius Telecom. Toutefois, le ministre joue à l’apaisement en indiquant que cette congestion devrait changer l’année prochaine avec l’entrée en vigueur du fibre optique maison et le câble Lion. Pour lui, il faut briser le monopole de Mauritius Telecom pour que d’autres acteurs puissent s’épanouir et encourager la compétition et par extension entraîner une baisse de prix.
Concernant le nombre de sms échangés durant le week-end du 24 au 25 décembre sur le réseau de Mauritius Telecom, le chargé de communication indique que 6 millions de sms ont été envoyés. Ce chiffre a augmenté du 31 décembre au 1er janvier passant de 6 millions à 8 millions.
Sur le réseau d’Emtel, 3.6 millions de sms ont été envoyés pour le week-end du 24 au 25 décembre, tandis que les appels tournent autour de 7.6 millions. Durant le week-end du 31 décembre au 1er janvier les sms a atteint le chiffre de 5 millions, alors que les appels échangés étaient de 8.3 millions.