Le ministre du Travail a reconnu hier après-midi au Parlement que des employeurs ont abusé de certaines clauses de l’Employment Rights Act, en vigueur depuis 2009, pour mettre des travailleurs à la porte. « I do agree with him that there are certain employers who make up an abuse of this situation », a déclaré Shakeel Mohamed qui répondait à une question de Alan Ganoo au sujet du nombre de pertes d’emplois depuis l’introduction de cette loi. Tout en étant d’accord avec le chiffre avancé par le député mauve, soit 15 338 licenciés, le ministre du Travail a soutenu que durant la même période (février 2009 à mars 2012), il y a plus de 15 000 nouveaux emplois. « There has been more job creation than job losses during that period. »
Alan Ganoo a insisté sur l’urgence d’amender la loi afin d’empêcher d’autres pratiques abusives. « When will these amendements be brought ? », a-t-il demandé. Le ministre du Travail, qui n’a pas contredit le député de l’opposition, a annoncé des « very important changes » en ce qui concerne la clause relative au licenciement.