Demain au centre national de tennis de table à Beau-Bassin se tiendra le tournoi à handicap permettra d’évaluer les pongistes qui, après une trêve de deux mois, devront prouver qu’ils se sont maintenus pendant cette période.
Jusqu’ici, il n’y a eu que des séances d’entraînement, souvent axées sur la technique et l’aspect physique. Mais cette fois, il s’agira de confirmer les progrès enregistrés à l’entraînement. En effet, ils sont plusieurs à avoir montré des signes de progression intéressants depuis la reprise.
« Nous avons noté que plusieurs joueurs sont sur la courbe ascendante », notait, il y a une semaine, l’entraîneur national Rajessen Desscann. Ce dernier faisait référence à la jeune génération, composée de Wassiim Guhool, Miguel Inguil et Jason Pontoise, entre autres. « Il y a en effet une dynamique que nous essayons d’exploiter. Les pongistes réagissent bien aux entraînements et cela se ressent dans leur jeu. »
Dans le tournoi à handicap règne une atmosphère particulière, puisque les joueurs de division supérieure accordent un avantage à leurs adversaires issus de divisions inférieurs. Ce qui fait que c’est devenu un vrai casse-tête pour aller dégager un favori parmi toute la liste de joueurs qui se sont inscrits.
« Ce genre de tournoi est vraiment particulier. Il y a des surprises, évidemment, et c’est tant mieux pour le jeu », note l’entraîneur. En effet, Wassiim Gukhool a remporté les trois éditions à chaque fois contre le même adversaire, Allan Arnachellum. Fait important : le jeune vainqueur a commencé en D3, puis est passé en D2, avant de remporter l’année dernière le tournoi face au même adversaire. « C’est vraiment difficile de trouver un favori. Mais on peut prévoir que quelques joueurs se retrouveront hors de la compétition très tôt », prévoit le technicien.
Mais le premier tournoi de la saison ne sera que le prélude à une autre compétition, autrement plus sérieuse et plus difficile. La ligue débutera en effet le samedi 1er mars. « Ce sera le moment de vérité pour beaucoup de pongistes. » Les néopromus Miguel Inguil et Isabelle Chowree, pour ne citer que ceux-là, auront à prouver qu’ils ont les capacités pour rivaliser avec les joueurs de la D1. « Miguel Inguil sera un joueur à surveiller pendant l’année. Il a montré des signes intéressants et devrait continuer à nous surprendre. »
Mais derrière le joueur de Port-Louis, on retrouve des adversaires d’un niveau comparable. « Il y a des joueurs comme Omar Ahmed ou Jason Pontoise qui seront aussi à surveiller. » D’autant que le favori cette année est Wassiim Gukhool. En l’absence de Warren Li Kam Wa et Allan Arnachellum, il se retrouve devant un boulevard, où il devra cependant évoluer avec toutes les précautions. « Ce n’est pas parce qu’il est le favori qu’il va remporter tous ses matches facilement », poursuit le coach.
L’autre pongiste qui retiendra l’attention sera bien entendu Isabelle Chowree. Cette joueuse deviendra la première fille à évoluer en D1. Widaad Gukhool avait obtenu sa promotion de la D2 à la D1, mais entre-temps, elle est partie en études et n’a donc jamais pu jouer un match de D1. « Le cas d’Isabelle sera tout aussi intéressant à suivre. Elle a enregistré une progression assez importante ces derniers temps. Mais elle devra tout faire pour essayer de se maintenir en D1 », analyse en conclusion l’entraîneur national.