L’AC Milan a fait un grand pas vers la qualification en corrigeant Arsenal (4-0), exploitant les largesses d’une défense des « Gunners » à la dérive, mercredi à San Siro en 8e de finale aller de la Ligue des champions.
Cette fois, l’arrière-garde d’Arsenal a coulé. Très critiquée cette saison, elle a subi les vagues offensives milanaises, bien souvent en contre-attaque.
Kevin-Prince Boateng d’abord (15) puis Robinho (38, 49), servi par un excellent Zlatan Ibrahimovic, très altruiste mercredi et buteur sur penalty (79 s.p.), ont donné un avantage quasi définitif au Milan.
Les « Rossoneri » sont sur le point de vaincre le signe indien, eux qui restent sur trois éliminations en 8e de finale de C1 contre des équipes anglaises.
Massimiliano Allegri a pourtant dû se priver de son meneur de jeu dès la 12e minute, quand Clarence Seedorf, visiblement touché derrière une cuisse, a cédé sa place à un autre Néerlandais, Urby Emanuelson.
Quelques minutes après, Boateng a profité d’une des nombreuses approximations de la défense pour ouvrir le score. Antonio Nocerino profitait d’un très mauvais dégagement du gardien Wojciech Szczesny pour servir le Ghanéen qui ouvrait le score d’une puissante frappe sous la barre (15).
Van Persie inoffensif
Puis « Ibra », qui a beaucoup travaillé et cherché à servir ses partenaires, a délivré une passe décisive pour la tête de Robinho, après avoir pris de vitesse Bacary Sagna (38).
La défense d’Arsenal, trop souvent prise de vitesse, a en outre perdu son meilleur élément, le Français Laurent Koscielny, sorti blessé (44), après avoir plusieurs fois rattrapé des erreurs de ses partenaires.
Dès la reprise, Robinho a achevé une défense figée comme de la gelée, sur une nouvelle passe d’Ibra (49).
Le Suédois a ponctué son excellent match en marquant son cinquième but cette saison en C1, sur un penalty obtenu pour une faute sur lui de Johan Djourou.
Son duel avec Robin van Persie a été réduit à la portion congrue.
Pendant que le Suédois faisait admirer son sens de la passe, le Néerlandais, contrôlé par la charnière Thiago Silva-Philippe Mexès n’a eu que peu d’occasions de briller: une tête facilement bloquée par Christian Abbiati (25), une frappe puissante (66) et une tête smashée (86) bien plus retorses mais sauvées par le gardien milanais. Le reste fut sans danger.
L’entrée à la pause de Thierry Henry, à la place de Theo Walcott, pour le dernier match de ses six semaines de prêt à Arsenal, n’a pas changé le cours du match. Tristes adieux…