Dortmund, grâce à deux buts de Reus et Santana dans le temps additionnel, a arraché son billet pour le carré final de la Ligue des champions en battant 3-2 Malaga en quart retour (0-0 à l’aller), mardi à l’Iduna Park.
Quel final! Mené deux fois au score, Dortmund a vu s’entrouvrir la porte de sortie mais n’a jamais renoncé pour finalement trouver celle des demi-finales durant les trois premières minutes du temps additionnel, faisant exploser de joie ses 80.000 fans.
Seule équipe invaincue depuis le début du tournoi, la jeune bande de Jürgen Klopp a rejoint dans les annales le cru 1997-98 qui avait chuté dans le carré final face au Real Madrid.
Malaga avait réussi le pari d’ouvrir la marque puis de mener au score (2-1) avant de s’effondrer et de voir stopper sa première aventure en C1. Et manquer d’offrir le cadeau espéré à son coach Pellegrini, de retour des obsèques de son père au Chili.
La gestion des émotions, pour des joueurs pas habitués à ce stade de la compétition, semblait peser en début de match, sur le Borussia, fébrile et maladroit face à une formation andalouse s’appliquant a empêcher l’adversaire de jouer dans les espaces.
 
Reus et Santana libérateurs
Décalé par Götze, Lewandowski allumait la première mèche d’une balle piquée qui passait au-dessus (16). Une première occasion que ne manquait pas Joaquin qui enchainait crochet-frappe pour ouvrir la marque (25, 0-1) et mettre Dortmund dans une situation inconnue depuis le début du tournoi.
Servi par Götze, Reus servait d’une talonnade Lewandowski qui ajustait Caballero pour égaliser, le 6e but du Polonais dans la compétition (40, 1-1). De la tête, Joaquin manquait le doublé (45+2) mais Malaga retournait aux vestiaires avec un pied en demi-finale.
Pas de round d’observation en seconde période. Götze combinait avec Lewandowski mais c’est leur gardien Weidenfeller qui, d’une claquette sauvait la mise sur une tête piquée de Joaquin (48), étrangement seul dans la surface.
Porté par leur public, les joueurs de la Ruhr se ruaient à l’attaque confondant parfois vitesse et précipitation et s’exposant aux coups de patte des expérimentés Duda, de retour après deux mois d’absence, et Baptista, monté d’un cran en pointe.
Après deux beaux arrêts de Caballero devant Götze (76) et Reus (79), Baptista servait Eliseu (entré à la 72e) qui doublait la mise pour Malaga sur un hors-jeu échappant à l’arbitre (82, 1-2).
La messe était-elle dite ? Non. Reus égalisait (2-2, 90+1) et Santana, le défenseur central venait placer un pied vainqueur (3-2, 90+3) pour envoyer le Borussia dans le carré d’As!