Le groupe hôtelier attend l’aval des autorités concernant les opérateurs pour concrétiser son plan
Un an après la rixe qui avait eu lieu sur l’Ile-aux-Cerfs entre plaisanciers et agents de sécurité sur l’île, avec pour résultat l’arrestation de sept bouncers, dont deux employés de Sun Resorts, un nouvel avenir guette les opérateurs de grillades. En partenariat avec les autorités, Sun Resorts projette de régulariser cette activité qui connaît un véritable succès depuis sa mise en place il y a plusieurs années. L’objectif : harmoniser les structures et s’assurer que les opérateurs travaillent selon des règles d’hygiène, de sécurité et dans des espaces bien délimités.
Selon nos informations, une douzaine d’opérateurs, qui travaillent sur ce site historiquement devraient être concernés par ce projet à l’étude actuellement au ministère du Tourisme. Le groupe hôtelier qui prendra en charge les dépenses et les travaux infrastructurels de ce projet attend l’aval du ministère concernant la liste de ceux qui gagneront le droit de faire du barbecue sur l’Ile-aux-Cerfs et l’Ilot Mangénie.
Exit les tarpaulins de différentes couleurs pendant sur des pylônes de bois. Enter des kiosques avec une cinquantaine de couverts, des toilettes, l’électricité, l’eau potable, etc. Le commerce de grillade sur l’Ile-aux-Cerfs et l’îlot Mangénie, souvent pointé du doigt car effectué illégalement par les opérateurs, devrait connaître un autre sort. Ce projet qui date de 2000-2001, remis à l’ordre du jour en 2011 semble cette fois être sur la bonne voie. Les pourparlers entre opérateurs de grillades, ministère du Tourisme, et le groupe Sun Resorts ont fini par aboutir à une décision.
En effet, avec son plan de réaménagement et de redynamisation de l’Ile-aux-Cerfs, Sun Resorts a pris l’initiative de régulariser l’activité des opérateurs de grillades qui squattent depuis plusieurs années les terrains loués à bail à l’État par le groupe hôtelier. Lors d’une rencontre il y a une quinzaine de jours entre opérateurs, et représentants de Sun Resorts, ainsi que le ministre du Tourisme Michaël Sik Yuen, et le ministre Arvin Boolell, entre autres, le plan d’aménagement a été présenté. Selon nos informations, les autorités tiendront compte de ceux qui opèrent sur l’île historiquement.
Les opérateurs satisfaits de cette décision
Deux espaces distincts ont été délimités, une sur l’îlot Mangénie et l’autre sur l’Ile-aux-Cerfs, pour l’installation d’une douzaine d’opérateurs, soit six sur chaque île. Avec cette structuration, les opérateurs seront amenés à travailler dans des kiosques qui seront installés aux frais de Sun Resorts. Ils disposeront également de toilettes et autres facilités telles l’eau potable et l’électricité. « Cela débouchera ainsi sur l’introduction des règles d’hygiène, de sécurité et des espaces spécifiques dédiées aux commerces du barbecue à l’île aux Cerfs », explique-t-on du côté de Sun Resorts. Une donne qui est favorablement accueillie par les opérateurs historiques sur l’île qui trouvent là un moyen d’offrir un service plus professionnel à leur clientèle.
A ce jour, la liste d’opérateurs a été soumis par Sun Resorts au ministère du Tourisme est en attente d’être avalisée. Cependant, font ressortir les opérateurs « le ministère doit tenir compte de l’ancienneté des opérateurs. Il faut s’assurer que ceux qui sont là sont de vrais opérateurs, avec un sérieux irréprochable ». Cette précision vient du fait que des informations circulent que des lobbies sont en cours pour faire pression sur les politiciens en vue d’avaliser le nom de certains p’tits copains. « Il faut une enquête approfondie sur les opérateurs qui sont installés », disent ceux qui opèrent depuis plus d’une quinzaine d’années sur l’IIe-aux-Cerfs. Une réunion est prévue dans les prochains jours au ministère du Tourisme en vue de finaliser ce projet qui ne pourra qu’être bénéfique pour la destination affirment les représentants de Sun et les tours opérateurs unanimement.