L’image de Maurice en tant que knowledge hub pour la région est sérieusement entachée, a déclaré ce matin le leader de l’Opposition, Alan Ganoo, qui commentait le limogeage hier du vice-chancelier de l’Université de Maurice, le Pr Ramesh Rughooputh.
Selon lui avec la destitution du vice-chancelier de l’Université, le secteur tertiaire se retrouve au creux de la vague surtout après que ce secteur a été secoué par une série d’événements ces dernières semaines. Alan Ganoo a cité le cas d’escroquerie dénoncé par des étudiants indiens et le classement de l’Université de Maurice au plus bas de l’échelle des universités africaines en termes de qualité.
« Le principal responsable de cette situation est le ministre de l’Éducation tertiaire, Rajesh Jeetah. Nous sommes en droit de nous demander s’il n’y a pas de sabotage des institutions tertiaires publiques. Si c’est le cas à qui profite le crime ? », se demande Alan Ganoo.
Le leader de l’Opposition observe que Maurice dispose des compétences qui sont reconnues sur le plan international. Il a cité entre autres le nom d’Amina Gurib-Fakim qui a quitté l’université à la suite des problèmes avec son environnement immédiat. Elle n’est pas la seule dans ce cas, dit-il.
« Le gouvernement aurait dû mettre l’orgueil de côté et solliciter l’aide des personnalités comme Amina Gurib-Fakim au plus vite », estime M. Ganoo.