Photo illustration @i-cad.fr

L’Inde a décidé d’interdire les importations d’un vaccin contre la rage fabriqué par un laboratoire chinois mis en cause dans un scandale sanitaire, a déclaré le chef de l’agence indienne du médicament dans un entretien publié mercredi.

« Le vaccin est utilisé en Inde, mais nous n’avons pas tous les détails quant au nombre d’unités importées ou aux endroits où elles ont été distribuées », a déclaré au quotidien Hindustan Times S. Eswara Reddy.

« J’ai demandé à mes services de préparer un rapport détaillé sur l’importation et la distribution », a-t-il ajouté.

« Quand nous aurons les informations, nous demanderons un rappel du vaccin. Mais en attendant, nous interdisons son importation. »

La rage fait environ 20.000 morts par an en Inde, selon le gouvernement.

Le scandale avait éclaté en Chine à la suite de la découverte courant juillet d’un processus de fabrication illégal d’un vaccin contre la rage dans le laboratoire pharmaceutique Changchun Changsheng.

L’entreprise a falsifié des registres de production et modifié des paramètres de fabrication. Quinze personnes ont été arrêtées, dont la PDG du laboratoire.

Les autorités avaient assuré que les vaccins pour la rage défectueux qui ont été contrôlés n’avaient pas quitté les usines de Changchun Changsheng.

Mais la firme a écoulé un vaccin diphtérie-coqueluche-tétanos non conforme dans le passé. Quelque 250.000 doses auraient ainsi été vendues dans la province du Shandong (est) l’an dernier.

Ce scandale a attisé en Chine la méfiance des consommateurs, déjà échaudés par plusieurs scandales alimentaires et sanitaires ces dernières années.

abh/stu/jac/lch