À Maurice depuis mardi, Lindsay Charnier est enthousiaste à l’idée de pouvoir enfin donner un concert dans son île natale. Établi en France depuis une trentaine d’années, il a hâte de rencontrer le public mauricien. Il jouera en live des morceaux comme Bon Die et Tatave, deux titres en kreol. Rendez-vous est donné le dimanche 4 août au théâtre Serge Constantin, Vacoas.
Ce concert de jazz moderne que proposent Lindsay Charnier et ses musiciens va certainement réjouir les amateurs. Au menu : “Tribute to Al Jarreau, Georges Benson & Stevie Wonder”, mais aussi les propres compositions de l’artiste, qui figurent sur des CD. Le chanteur, auteur et compositeur mauricien est paradoxalement plus connu en Europe et aux États-Unis que dans son île natale.
C’est à l’invitation de l’Atelier Sa Nou Vize, organisation non gouvernementale de la Cité EDC à Rose-Belle, que Lindsay Charnier vient à Maurice. Son concert a pour objectif de lever des fonds pour l’ONG, qui oeuvre dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion des personnes vulnérables. “Je viens pour donner un coup de main”, dit-il.
Lors de son séjour qui va durer une vingtaine de jours, Lindsay Charnier se produira également dans les hôtels du Club Med à Pointe aux Canonniers et à Albion. Il espère donner d’autres représentations grand public. Il souhaite animer des ateliers de musique et de chant avant son départ. Pour lui, le frottement avec des artistes internationaux pourrait être bénéfique aux jeunes musiciens.
Lindsay Charnier a débuté très tôt dans le domaine musical en jouant de la batterie à l’âge de huit ans. Il joue aussi de la guitare, du piano, de la basse électrique et des percussions. Originaire de Chemin Grenier, ce Mauricien à la voix jazzy a une grande capacité vocale. Établi en France depuis de nombreuses années, il occupe la scène musicale en Europe et aux États-Unis et a participé à plusieurs enregistrements et albums avec des artistes et groupes variés tels Pino Sonido et Malavoi.