Fait rarissime au Champ de Mars samedi dernier avec la décision des Racing Stewards de déclarer un cheval non-starter alors que celui-ci l’avait emporté par plus de six longueurs. Ce cheval, Lion’s Print de l’écurie Merven, fut trouvé coupable d’avoir forcé les portes de sa stalle pour prendre le départ avant ses adversaires. Les Racing Stewards ont, après de longues minutes, appliqué le règlement 144 (1) des Rules Of Racing pour amender le résultat de la course et offrir la victoire à Leo’s Rush sur tapis vert.
Après la course, il fut déclaré qu’une enquête avait été ouverte sur le départ de la course et il fut demandé au public de ne pas déchirer ses billets. La majorité du public pensait alors qu’il s’agissait du départ de Harba qui avait complètement raté sa mise en action. Après plusieurs minutes, il fut annoncé que Lion’s Print was «unduly given an advantageous start» et qu’il avait été déclaré non-partant. Il avait pris le départ avant ses adversaires et avait environ une longueur d’avance quand le starter donna le départ. De ce fait, la victoire est revenue à Leo’s Rush qui avait terminé à la deuxième place.
C’était bien la première fois qu’une telle décision était prise au Champ de Mars. Les commentaires allaient bon train. Ceux qui avaient misé sur les chances de Lion’s Print furent d’avis que le cheval l’aurait néanmoins emporté. Cette idée fut aussi épousée par l’entourage du cheval qui fut appelé à donner sa version des faits lors de l’enquête.
Il faut aussi savoir que le starter Edouard Perrier, son assistant Ravi Rawa et les handlers ont aussi été entendus. Le Chief Stipe Ian Paterson déclara qu’il y avait une décision à prendre et que son board a été quérir un avis légal avant de donner son ruling sur la question.
A la question de savoir si le règlement 139 pouvait être appliqué, le Chief Stipe déclara qu’il aurait été illogique de l’appliquer car il ne soutenait pas la situation concernée où plusieurs chevaux avaient été lésés ou avaient bénéficié d’un avantage. Donc, la course ne pouvait être déclarée nulle.
S’il y a une question qui subsiste, c’est pourquoi les jockeys Woodworth et Juglall qui avaient regardé en direction du starter tout comme le jockey Ségéon peu après le départ, n’ont pas été appelés à donner leur version des faits.