L’écrivain mauricien Abhimanyu Unnuth a d’ores et déjà été maintes fois récompensé pour son oeuvre littéraire et ses innombrables écrits, inspirés tout autant de l’histoire de Maurice, du vécu des petites gens que de la spiritualité et de la mythologie indiennes. Mais début septembre, il a reçu un courrier relativement exceptionnel, eu égard au fait que seules dix personnes bénéficient de cette distinction… L’académie indienne Sahitya l’a en effet choisi pour figurer parmi les dix honorary fellows étrangers qu’elle accueille en son sein !
« The general council has conferred this honour on you in recognition of your contribution to Indian Literature. In honoring you, the Sahitya Akademi honours itself », lui écrit en substance le secrétaire du conseil général de la Sahitya Akademi, K. Sreenivasarao, dans une lettre datée du 4 septembre dernier et écrite à Chennai. L’auteur de Lal Pasina (Sueur de sang dans sa version française) et bien sûr ses proches se réjouissent de cette nouvelle et s’interrogent désormais sur le déplacement qu’elle impliquera dans les mois à venir pour qu’il puisse recevoir les attributs que lui confère cette distinction honorifique.
Un petit tour sur le site de cette académie permet de comprendre la vocation et l’importance de cette organisation qui trouve ses origines au Bengale quelques années avant l’accession de l’Inde à l’Indépendance, son but étant de soutenir la culture nationale et d’encourager les activités culturelles dans tous les domaines. L’initiative venait en 1944 de la Royal Asiatic Society of Bengal qui a créé une fondation à cette fin. Après l’accession à l’Indépendance, trois académies d’Arts plastiques, de Danse et de Lettres furent mises sur pied. Consacrée aux lettres, l’académie Sahitya a donc été créée par le gouvernement indien de Nehru en 1952 puis inaugurée en 1954.
Fonctionnant de manière tout à fait indépendante, cette académie nationale des Lettres est présente dans différents points du pays. À travers une multitude d’activités, elle encourage tout autant la création littéraire, son amélioration incessante que son étude et sa propagation. En cinquante-six ans d’existence, 4 200 ouvrages sont sortis de cette académie qui organise par ailleurs de nombreux événements, oeuvre à la traduction des oeuvres pour permettre leur propagation en dépit des barrières linguistiques. Au-delà des vingt-cinq award distribués chaque année, le « honorary fellowship » est la distinction la plus haute que cette académie réserve en quelque sorte à ceux qu’elle considère comme les immortels de la littérature.