L’écrivain algérien Kamel Daoud a été désigné hier matin comme étant le lauréat du Prix des 5 continents pour son roman Meursault, contre-enquête. Le prix de l’OIF vient aussi de cette manière honorer une maison d’édition algérienne, Barzack, qui a fait le pari de miser sur la première fiction d’un jeune auteur en son pays, sans attendre le traditionnel adoubement des maisons françaises…
Meursault, contre-enquête est le premier roman d’un chroniqueur dont la plume courageuse et sans concession est connue des lecteurs du Quotidien d’Oran. Kamel Daoud fait aussi preuve d’audace avec ce premier roman en offrant un prolongement à l’un des livres les plus célèbres et les plus lus du XXe siècle, L’étranger d’Albert Camus. L’auteur avait tout d’abord publié une chronique intitulée L’Arabe deux fois tué dans le quotidien Le Monde avant d’entreprendre l’écriture de ce texte d’environ 200 pages.
Il crée ici un nouveau personnage, un frère à L’Arabe, le “sans nom” de Camus qui a été tué par Meursault. Nous retrouvons Haroun (frère de Moussa) dans une sorte de rétrospective de l’histoire contemporaine algérienne jusqu’à nos jours, où les allers-retours avec l’oeuvre maîtresse de Camus relèvent encore l’intérêt.
Dès sa sortie en mai, ce livre a été acclamé par la critique en France, au point de figurer parmi les meilleures ventes. Outre le fait d’être nominé pour le Goncourt et le Renaudot 2014, cet ouvrage a reçu jeudi dernier le prix François Mauriac et constitue assurément une des bonnes surprises de la rentrée littéraire en France.
Le jury, présidé par le prix Nobel Jean-Marie G. Le Clézio, dont font également partie nos compatriotes Ananda Devi et le dernier lauréat Amal Sewtohul, s’est réuni pour délibérer au siège de l’Organisation internationale de la francophonie hier à Paris, avant d’annoncer son choix en fin de matinée. Le jury a souhaité ainsi récompenser « un roman qui interroge nos aveuglements historiques toujours actuels et pose la question de la justice et de la prise en compte de l’altérité une fois apaisée la terreur coloniale ». Kamel Daoud recevra officiellement cette distinction au cours d’une cérémonie qui se tiendra le 28 novembre à Dakar (Sénégal) dans le cadre du XVe Sommet de la Francophonie.