Les quatre textes relatifs à la mise en opération du métro léger qui domineront l’agenda des travaux de ce mardi. Le ministre des Infrastructures publiques Nando Bodha va proposer en deuxième lecture le National Land Transport Authority Bill, le Light Rail Bill, le Road Traffic (Amendment No 2) Bill et le Victoria Station Overhead Pedestian Bridge (Authorised Construction) Bill.

Le Workers’ Rights Bill et l’Employment Relations Bill, inscrits au nom du ministre du Travail, des Relations industrielles et de la Formation, Soodesh Callychurn, seront débattus dans une nouvelle version, les textes antérieurs introduits faisant l’objet d’une motion du même ministre pour leur retrait. Ces textes ont, comme on le sait, fait l’objet de tractations intenses depuis leur première présentation le 16 juillet dernier.

Quant au Question Time, contrairement à ce qui a été annoncé, il n’y a pas de question « défonce porte ouverte » de la députée Malini Sewocksingh sur les 95 kilos de cocaïne. On ne sait pas si elle a retiré sa question parce qu’il y en a eu deux de la même nature déjà posées et répondues. Elle a des questions sur le divorce et sur le Mauritius Research and Innovation Council.

Pour le Premier ministre, des clarifications que demande Rajesh Bhagwan sur Roddy Ramsamy, le copain du président du président par intérim Barlen Vyapoory et la location de l’A350 d’Air Mauritius à la South African Airways.

Les autres questions pour Pravind Jugnauth sont : la compagnie Square Deal et la NDU et le remboursement de la dette (Osman Mahomed), les demandes de naturalisation depuis 2015, les Chagos (Alan Ganoo, Danielle Selvon et Arvin Boolell), le projet Côte d’Or (Ritesh Ramful), la vente des casinos (Veda Baloomoody), les Mauriciens déportés (Aadil Ameer Meea).

Les questions pour les autres ministres toucheront à des sujets comme la construction du complexe sportif de Côte d’Or, le Safe City Project, le directeur général de la STC, Raj Daliah, l’arrestation de Roddy Ramsamy, les contrats alloués à Nundun Gopee depuis 2015, la mise à la disposition des centres communautaires aux victimes d’incendies, le Metro Express, les conditions imposées aux gardes de la prison et les violences faites aux enfants.