La publication du livre blanc sur la réforme électorale est imminente, a fait comprendre hier le Premier ministre, Navin Ramgoolam, qui était interrogé par la presse avant qu’il ne quitte la réception offerte par le haut commissariat indien à l’occasion du 66e anniversaire de l’indépendance de l’Inde.
Le Premier ministre a indiqué que lorsqu’il s’est rendu compte que le rapport ne pouvait être prêt à la fin de juillet, comme il l’avait annoncé auparavant, il a demandé un délai supplémentaire d’une dizaine de jours. Hier, il a affirmé qu’il n’y a aucun mal à attendre deux ou trois jours de plus.
Navin Ramgoolam a critiqué l’Opposition pour son impatience en rappelant que lorsqu’elle a obtenu 60-0 lors des élections de 1982, elle n’a rien fait pour réformer le système électoral. « En 1991, elle a obtenu un victoire de 57-3, elle n’a rien fait. En 2000, elle a obtenu 53-7, et n’a rien fait ». Navin Ramgoolam a rappelé qu’en 2000, il s’était prononcé pour la réforme alors qu’il était dans l’Opposition. « Si vous allez voir les compte rendus des travaux parlementaires vous verrez que Paul Bérenger avait déclaré que pour la première fois le PTr s’est prononcé en faveur de la réforme. Je m’attendais à ce que les journalistes se documentent avant ». Poursuivant son intervention, le Premier ministre a expliqué qu’il y a un travail à faire et qu’il avait déclaré au Parlement qu’il espérait présenter le livre blanc « by the end of July ». « Par la suite je me suis rendu compte qu’on ne pourrait être prêt. J’ai dit qu’on prendrait une dizaine de jours supplémentaires. La publication du livre blanc est imminente. Elle arrive. Depuis 1982, ils n’ont rien fait. Ce n’est pas à cause de deux ou trois jours… »
Interrogé quant à ses obligations vis-à-vis du Comité des Droits de l’homme des Nations unies, le Premier ministre a soutenu que le gouvernement n’a sur le plan local aucune obligation légale. « Cela n’a aucun poids légal localement. Cependant je crois dans la réforme électorale et c’est moi qui l’introduirai ».
Au sujet de la situation à Madagascar, qui sera évoquée au sommet de la SADC ce week-end, le Premier ministre a dit qu’il attendait certaines informations et ne pouvait faire des commentaires à ce stade. C’est parce que ces questions seront évoquées au Sommet de la SADC qu’il doit être présent à Lilongwe, au Malawi, a-t-il fait comprendre.
Le 66e anniversaire de l’indépendance de l’Inde a été marqué dans la matinée hier par une cérémonie de lever du drapeau au Indira Gandhi Cultural Centre hier matin en présence de nombreux ressortissants indiens présents à Maurice. Le haut commissaire indien T.P. Seetharam a donné une réception traditionnelle dans la soirée au SVCC, à Pailles, en présence de nombreuses personnalités dont le président de la République Kailash Purryag, le Premier ministre Navin Ramgoolam et le Premier ministre adjoint Rashid Beebeejaun. Des ministres et parlementaires aussi bien de la majorité que de l’Opposition étaient présents ainsi que les anciens présidents de la République sir Anerood Jugnauth et Karl Offmann, entre autres.
Commentant la déclaration du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, qui était présent au SVICC, a estimé que Navin Ramgoolam n’a « jamais fait preuve de sérieux » en ce qui concerne la réforme électorale.