Le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, a procédé ce matin à la signature du livre de condoléances ouvert à l’ambassade de France pour recueillir les hommages rendus par les personnalités mauriciennes à la suite des attentats meurtriers qui ont fait 129 morts et 352 blessés, dont 99 en urgence absolue à Paris dans la soirée de vendredi à samedi. Dès samedi, réagissant à ces dramatiques événements liés au terrorisme, le gouvernement a décrété deux jours de deuil national, soit dimanche et lundi avec le quadricolore mauricien en berne sur les bâtiments publics. D’ailleurs, cet après-midi à 15 heures, une minute de silence,ce sera observée, avec notamment une cérémonie solennelle à l’ambassade de France, à l’IFM et das les institutyions françaises à Maurice.
SAJ a été accueilli par l’ambassadeur de France Laurent Garnier et par le premier conseiller Sophie Maysonnave. Dans son message écrit sur le livre de condoléances, le Premier ministre a affirmé que toutes ses pensées et prières vont au peuple français qui a été victime d’un acte terroriste d’une barbarie inouïe. « Moi-même et le peuple mauricien partageons la tristesse et les souffrances des Français ainsi que leur sentiment d’indignation en ces moments particulièrement pénibles. Je suis convaincu que la France aura la résilience et la fortitude de surmonter cette dure épreuve comme elle l’a toujours fait à travers son histoire », a-t-il écrit. L’ambassadeur de France l’a remercié de sa décision de décréter deux jours de deuil général dans le pays et de mettre les drapeaux en berne sur tous les bâtiments publics. Plusieurs ministres dont le ministre des Affaires étrangères, Étienne Sinatambou, le ministre des Sports, Yogida Sawminaden, ainsi que le lord-maire ont signé le livre qui sera ouvert à Port-Louis aujourd’hui à l’ambassade de France. Un livre de condoléances sera ouvert au public à l’IFM à Rose-Hill à partir de demain. De plus, une cérémonie durant laquelle une minute de silence sera observée est prévue à l’ambassade de France à 15 h aujourd’hui.
Le Premier ministre a adressé dès samedi un message de sympathie au président de la République française, François Hollande. Il a, à cette occasion, affirmé sa profonde tristesse ainsi qu’un sentiment de forte indignation lorsqu’il a appris la nouvelle choquante des événements tragiques qui se sont produits à Paris. Il a condamné sans réserve ces actes de barbarie et de lâcheté qui datent d’un autre siècle. « S’attaquer à Paris, c’est aussi s’attaquer aux symboles et aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité qu’elle représente. Cela constitue surtout une attaque sur chacun d’entre nous, qui sommes imbus de ces valeurs civilisatrices ». Il ajoute que la République de Maurice se tient aux côtés de la France dans ces moments difficiles tout en réitérant son engagement ferme à lutter contre toute forme de terrorisme dans le cadre d’une mobilisation internationale que cela nécessite.
Pour sa part, le leader de l’opposition, Paul Bérenger, a exprimé samedi sa solidarité totale avec la France. « J’exprime mes profondes sympathies aux familles des nombreuses victimes décédées ainsi qu’aux nombreux autres blessés », a-t-il dit en refusant de se livrer à toute forme de spéculation autour des attentats meurtriers.
Navin Ramgoolam a exprimé samedi sa solidarité avec la France et a condamné « cet acte barbare perpétré par des terroristes ». « Je salue la mémoire des victimes de ces attentats ignobles et lâche. J’exprime ma sympathie envers les familles des victimes et la France », a-t-il dit.
Pour sa part, le ministre mauricien des Affaires étrangères s’est dit immensément attristé et choqué par la tragédie qui a frappé la France.
« Nous sommes immensément attristés et choqués par cette tragédie qui a frappé la France en plein coeur de Paris », a déclaré Étienne Sinatambou.
« Nous comprenons que c’est l’incident le plus meurtrier qui a frappé la France depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Maurice est solidaire avec la République française », a ajouté le chef de la diplomatie mauricienne
« Nous déplorons les morts de civils innocents. Dans ces moments difficiles et douloureux nos pensées vont aux familles endeuillées », dit-il.