Le kreol comme langue optionnelle dans les écoles ne suffit pas. Ledikasyon Pu Travayer (LPT) estime qu’elle devrait devenir un médium d’enseignement, avec textes au programme et examens. “Dan reform ki gouvernman pe fer, li pa mansionn nanye lor lang kreol. Eski li enn reform ki ed epanwisman bann zanfan ?”
Le kreol au Parlement est un autre des objectifs de LPT. Combien saisissent les subtilités du Budget présenté en anglais ? interroge Alain Ah-Vee. Il ajoute que les procès-verbaux des associations sont reconnus par le Registrar uniquement lorsqu’ils sont consignés en français ou en anglais. Or, il est un fait que les réunions sont tenues en grande majorité en kreol.
Trois publications ont été lancées par LPT vendredi dernier. Le chargé de cours Guilhem Florigny a présenté Mor lao Burik de Charles Baissac, Zistwar Aesop ou une sélection de contes, mis en kreol par Micaëlla de Souza. Henri et Marie-France Favory livrent pour leur part Fri, une publication axée sur les fruits qui disparaissent. Une chansonnette et une partition accompagnent le texte, qui donne à lire des recettes typiques, à l’instar du kari zak, du zasar mang et autres lazle. Sans parler du rom leksi…