Après ses chroniques tibétaines qui faisait d’attachant portraits de l’entourage du Dalaï Lama, l’écrivain voyageur, Bertrand Odelys, propose son propre témoignage sur la manière dont la vie spirituelle se pratique. Originaire de Maurice, ce pélerin proche du bouddhisme mais inspiré par différentes formes d’ésotérisme, est allé à la rencontre de nombreux Mauriciens, dans tous les milieux, différentes classes, différentes communautés pour sonder les pratiques, comportements et aspirations spirituelles.
Si des portraits s’esquissent au fil de ces pages dialoguées, l’auteur est aussi particulièrement présent, exposant régulièrement son point de vue, en réaction à ce que l’un ou l’autre de ses interlocuteurs peut dire. Cet ouvrage est riche en citations et réflexion sur la foi, Dieu et la quête spirituelle, témoignant d’une vaste culture dans ce domaine. Il apporte aussi en filigranne une réflexion sur la vie en société, les secrets du bonheur et de la vie en communauté. Le titre « Tôt le matin, je pense à Toi » vient d’un hymne de Sri Shankaracharya, un sage hindou du VIIIe siècle. Le livre est dédié à tous ceux qui font le pari de la rencontre.
« Tôt le matin, je pense à Toi » peut constituer une belle idée de cadeau pour ceux qui souhaitent sceller une amitié, ou aborder 2012 sur une note d’espoir. Du chauffeur au politicien en passant par le marchand ambulant, le prêtre, le journaliste, le swami ou l’imam : en faisant parler toutes sortes Mauriciens avec empathie et perspicacité, l’auteur délivre des messages d’espoir et démontre que quelles que soient nos religions, nos divergences et nos pratiques, nous sommes faits pour nous rencontrer et vivre ensemble.
Le pari secret de ce livre est de déceler une spiritualité mauricienne qui hériterait du frottement confiné de toutes les religions. À chacun de le lire pour en tirer ses propres conclusions.