Photo illustration

Profitant de la commémoration de l’anniversaire de Louis Braille, célébré un 4 janvier, l’association Lizie Dan la Main, par le biais de son directeur Reynolds Permal, a annoncé que cette année l’accent sera mis sur le “3D Braille Printing” pour ceux atteints de déficiences visuelles. Ce programme, dit-il, vise spécialement les petits de la section maternelle.

« Grâce au braille, des millions de non-voyants peuvent avoir accès à la lecture et à l’écriture. Nous avons aussi introduit l’informatique, qui sera d’une grande aide dans les études. Notre mission cette année est de mettre en place des programmes pour les enfants de trois ans et plus pour favoriser leur développement à travers le braille », indique Reynolds Permal. Le directeur de Lizie Dan la Main annonce pour cette nouvelle année la mise en place d’une formation pour trois à quatre voyants qui enseigneront le braille aux aveugles.

Stephan Toussaint, ministre de la Jeunesse et des Sports, a salué la vision de Lizie Dan la Main. « Mo emerveye kan mo trouve avek ki rapidite zot kapav lir an bray. Insi, mo santi mwa andikape, parski mo pa konn lir bray. Le braille a permis aux aveugles d’avoir accès à l’éducation. Cela leur permet de poursuivre leurs études tout en ayant cette expérience et ce courage de pouvoir se mettre debout sur leurs deux pieds », dit le ministre. Il ajoute dans la même foulée que l’annonce de l’éducation tertiaire gratuite sera « d’un grand apport » et qu’il « n’y aura aucun prétexte pour ne pas bénéficier de cette chance d’aller à l’université ».

Louis Braille est l’inventeur français du braille, un système d’écriture tactile à point saillant, à l’usage des personnes aveugles ou fortement malvoyantes. Reynolds Permal a choisi de lui rendre un vibrant hommage à cette occasion tout en insistant sur le fait que son invention ait été « d’une grande aide » pour les malvoyants. « La journée du 4 janvier a été déclarée par les Nations unies comme la journée internationale de commémoration de l’importance du Braille. C’est un jour où le monde a permis aux personnes aveugles le droit d’accéder au Braille tout en sensibilisant le monde à cette importante question », indique-t-il. Il est à noter que le braille a été reconnu par l’Onu, plus particulièrement par la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Pour Reynolds Permal, le traité de Marrakech est également salué car il reconnaît le braille comme étant un instrument critique à l’heure de fournir des informations accessibles aux personnes malvoyantes.

Ce traité, par ailleurs, oblige tous les États, qui l’ont ratifié, à garantir que les ouvrages publiés et les livres soient produits sous des formats accessibles, dont le braille. « Avec le “3D Braille Printing”, qui sera mis en place par Lizie Dan la Main, l’idée sera d’aider l’élève malvoyant à progresser. On compte aussi ouvrir une école de peinture tout en mettant en relief des expositions de tableau. J’apprends que l’Union mondiale des Aveugles est l’organisation mondiale qui représente les quelque 253 millions de personnes aveugles et malvoyantes dans le monde, ce qui devrait renforcer nos efforts et nous pousser à inclure le braille dans le développement de l’éducation », explique Reynolds Permal.