Revigoré, Vinay Naiko connaît une phase extrêmement favorable au Champ de Mars. En une poignée de journées, il a ramené neuf gagnants et a signé un autre doublé lors du dernier week-end de courses. A 42 ans, ce triple jockey champion de Maurice dit avoir encore faim. Son objectif : ramener sept ou huit autres gagnants d’ici à la fin de la saison.
« Je suis moi-même étonné de mon parcours en ce moment. Ceux qui me connaissent au Champ de Mars savent que je suis un gros travailleur, discipliné et appliqué. Donc, ce que je récolte en ce moment est une juste récompense quelque part, » avoue ce jockey vétéran qui amorce le dernier virage de sa carrière après 29 années au Champ de Mars.
Issu de la génération de Vijay-Anand Bundhoo, Jean-Roland Boutanive, Samraj Mahadia et autres Praveen Nagadoo, il compte 149 victoires à son compteur. Il a été trois fois Cravache d’Or mauricienne et a plusieurs fois participé aux journées et week-ends internationaux. « J’ai connu quelques très bons moments sur notre hippodrome. J’ai eu quelques périodes creuses, mais cette année j’ai repris du poil de la bête ».
Lors du week-end dernier, Vinay Naiko s’est illustré dès la 28e journée avec un doublé. De surcroît, avec Abington dans l’épreuve principale. « Cela fait un bail que je n’ai pas gagné pour Alain Perdrau avec lequel j’ai connu une bonne association dans le passé. Abington a été une agréable surprise à l’image de ce que je vis en ce moment. C’est un coursier de 7 ans mais qui a encore de beaux restes. A 400m du but alors que le rythme était soutenu, tout espoir était permis d’autant que mon coursier était plein d’allant. L’ouverture au tournant était une aubaine et je me suis alors dit : « ça y est c’est bon. The cat is in the bag ! » N’empêche, Ice Axe s’est montré accrocheur. »
« Les « heures sup d’Al Romanov »
Dans l’épreuve de clôture de samedi, Al Romanov qui a fait des « heures sup » — son entraîneur l’aura aligné pour la deuxième fois en une semaine — a été exact au rendez-vous. « C’est un sujet régulier. Je le connais bien pour l’avoir fait triompher le 10 août dernier. Avec Rye Joorawon la semaine dernière, c’était un accident de parcours. Il avait connu un trajet difficile et a été perturbé à un moment. Cette fois, il a eu une course en or. Il était bien placé et le train lui convenait bien. A l’emballage final, il s’est montré redoutable ».
Cette course a été cependant entachée par une chute de Rakesh Bhaugeerothee qui pilotait Red Lotus et qui a heurté ce même Al Romanov. « Ce sont les aléas des courses. Red Lotus est venu clipped the heels de ma monture. Un accident imprévisible. Je suis allé voir Rakesh chez lui lundi, mais il était encore à la clinique ».
Vinay Naiko aurait pu réussir une meilleure moisson s’il n’avait pas été par moments malchanceux. « En particulier, avec Posse Comitatus samedi, Ushokolethi et Umbridled Joy dimanche. Posse Comitatus a été battu par deux meilleurs chevaux que lui, Kalinago et Master Mascus. En revanche, je n’a pas pu conduire les opérations avec Ushokolethi et Umbridled Joy et les choses se sont corsées. Quand à Genuine Leather, c’est un average horse ».
Actuellement sur un nuage, Naiko dit souhaiter que les choses continuent dans la même direction alors qu’il reste encore douze journées au programme de la saison régulière. « Je n’ai pas trop à me plaindre de mon parcours 2014. N’empêche, si je peux accrocher encore sept ou huit gagnants à mon tableau de chasse, je serais comblé ».