Nishal Teeha continue son petit bonhomme de chemin en cette fin de saison. Après avoir ouvert son compteur 2015 lors de la 16e journée, le 18 juillet, avec Deux Fabuleax, il a ensuite dû attendre le 12 septembre lors de la 23e journée pour mener Albert Mooney à bon port avant de récidiver avec Obama une semaine plus tard.
Et samedi dernier, c’est sur le coursier de Jean-Michel Henry, Domani, qu’il a signé sa quatrième victoire de la saison.
«C’est sûr que quand on a des montes, on va bien faire. En début de saison, j’étais suspendu et par la suite j’étais blessé. Deux Fabuleax, mon cheval fétiche, est venu me remettre sur les rails avant d’enchaîner avec Albert Mooney et Obama. Et voilà que Domani est venu m’offrir ma quatrième victoire», a dit Teeha. «J’espère que ça continue encore pour moi».
Reconnu comme l’As du départ par son entraîneur Gilbert Rousset, Teeha n’a pas fait mentir l’adage en menant Domani from start to finish pour la première fois après 17 tentatives. « J’accordais de bonnes chances à Domani sur sa dernière course, car il n’avait pas mal fait derrière Harba et surtout qu’il était aligné dans une classe inférieure».
Et comment se fait-il qu’il ait atterri chez « JMH »? «C’est mardi matin que Jean-Michel Henry m’a proposé de piloter Domani et je l’ai accepté. Je l’ai découvert en course samedi. Comme l’entraîneur lui avait mis des blinkers pour la première fois, je lui ai conseillé de le faire courir à l’avant afin de tirer aussi avantage de son premier couloir. Et la tactique a été payante. Il a bien démarrer des stalles et malgré que Tigre Libre avait pris l’avantage, j’ai conservé la corde pour ensuite diriger les opérations. J’ai bien contrôlé le pas de ma monture et en ligne droite finale, je lui ai demandé un dernier effort et il a répondu admirablement pour résister aux finisseurs. J’en profite pour remercier Jean-Michel Henry de m’avoir fait confiance ainsi qu’aux propriétaires»,  a fait ressortir Teeha.
Le jockey mauricien a enchaîné avec une troisième place sur The Flying Machine et même s’il a terminé à moins de sept longueurs du grandissisme favori Lietuva, il est à créditer d’une bonne performance. «Même s’il fut battu par plus fort que lui, The Flying Machine a fait une très bonne course alors que Blue Berry, malgré une très bonne position derrière Rebel’s Game, n’a pas kick comme il le fallait en ligne droite. Il faut ajouter qu’il portait le lourd handicap de 61,5 kgs. N’empêche que sa troisième place est signe de satisfaction», a-t-il conclu.