N’ayant débuté la compétition que le 7 septembre, soit lors de la 27e journée, Swapneel Rama a pu décrocher sa première victoire 2014 lors de la 39e journée après 33 montes avec Winter Skye. Une victoire qui vient à point nommé pour celui qui bosse dur pour l’écurie Merven.
«Comme j’ai débuté la saison en retard, je n’ai pas de grands objectifs, mais si jamais l’occasion de signer une victoire se présente et que la chance est avec moi, je vais la saisir à fond». C’est en ces termes que Rama s’est adressé à nous vendredi dernier et l’occasion il l’a vraiment saisie à deux mains le lendemain avec son premier succès sur Winter Skye, qui a signé sa deuxième victoire de la saison, Yashin Emamdee l’ayant mené à bon port le 19 juillet dernier.
«Winter Skye avait déjà terminé deuxième à 0,05 longueur d’Arctic Sun en début de saison sur le parcours du jour et n’avait pas mal fait lors de ses deux dernières sorties en terminant 4e et 3e derrière Kruger Rand, qui est passé à la C2 maintenant. Certes, il partait complètement de l’extérieur et j’ai dû faire un effort supplémentaire pour prendre les devants. Et une fois en tête, je ne l’ai pas retenu et je l’ai lassé courir dans son pas. Ce qui a surpris ses adversaires et en ligne droite finale, je savais qu’on n’allait pas pouvoir le remonter, car il était encore plein d’allant. C’est pourquoi je me suis permis de regarder à droite et à gauche avant d’exploser de joie», a raconté le jockey mauricien mardi matin après le training matinal.
«J’étais heureux, car j’ai pu « kas piso » et cette victoire je voudrais la dédier à ma famille et surtout à Patrick Merven. D’ailleurs, lui aussi il a crié de joie et était très content pour moi. Il m’a toujours fait confiance et quand je suis revenu de suspension, tout de suite, il m’a redonné ma place. Comme quoi, cette victoire est venue récompenser la patience et le hard work. Maintenant, j’espère de tout coeur qu’on remporte un jour le titre d’écurie championne et aussi une classique».
Rama nous a aussi donné son point de vue sur les duels concernant le titre de jockey champion. «Les données ont changé après la dernière journée, Geroudis ayant seulement une victoire de retard. La bataille sera âpre jusqu’à la dernière journée, mais j’ai un petit penchant bien sûr pour Cédric que je côtoie tous les jours. Il mérite d’être champion cette saison. Chez les local Boys, Rye Joorawon a déjà fait le plus dur en revenant à égalité avec Jeanot Bardottier. Maintenant, tout  dépendra des montes qu’ils obtiendront . Là aussi, ça va être serré, mais Rye possède un mince avantage».