Ce matin, sir Anerood Jugnauth a mis fin au suspense entourant le sort réservé à la Local Government Act 2011, adoptée par l’Assemblée nationale aux petites heures jeudi matin après un Walk-Out de l’opposition. À l’hôtel du gouvernement, la décision du président de la République d’apposer sa signature au bas du texte de loi sur la réforme des Administrations régionales et le renvoi des élections municipales est venue confirmer l’optimisme affiché durant le week-end sur le dénouement de cette affaire.
L’attention politique est maintenant tournée vers Rodrigues où le mandat de l’Assemblée régionale arrivera à échéance ce vendredi avec la dissolution automatique. Le député de l’Organisation du Peuple Rodriguais (OPR), Francisco François, profitera de la dernière séance de Question Time à l’Assemblée nationale, demain, pour réclamer un gel des appels d’offres pour l’exécution des travaux avec la dissolution de l’Assemblée régionale cette semaine.
Après avoir sollicité, vendredi dernier, des clarifications auprès du gouvernement au sujet de certains aspects de la Local Government Act 2011, le président de la République a enclenché l’ultime étape avec la proclamation du projet de loi en transmettant son assentiment à l’hôtel du gouvernement. Ainsi, le texte de loi piloté par le ministre des Administrations régionales Hervé Aimée, qui a suscité de vives controverses bien avant sa présentation en première lecture à l’Assemblée nationale le 18 octobre dernier, aura force de loi avec sa publication dans la prochaine édition de la Gazette du Gouvernement.
Cette démarche de la présidence de la République intervient bien avant l’expiration du délai légal de 21 jours imposé par la Constitution pour obtenir l’aval de la State House à un texte de loi voté par l’Assemblée nationale, évitant du même coup la mise en application d’un plan B avec une séance parlementaire d’urgence probablement le 29. Un chapitre des relations tumultueuses entre la State House et la Government House et envenimées depuis juillet dernier avec la cassure de l’Alliance de l’Avenir, devenue alliance du passé, est clos sans de gros préjudices politiques pour les parties en présence en attendant un nouvel épisode de ce feuilleton dans le pur style d’Elizabeth Taylor/Richard Burton.