One Cool Dude monte en puissance. Même si son entourage l’aura préféré au 1365m de 55 + au lieu du Trophée du Bicentenaire (1500m 60 +) qui constituait l’épreuve principale de la 10e journée, au final, ses adversaires, même peu nombreux — ils n’étaient que six partants dans le Pandora Mother’s Day Special Trophy — n’y ont vu que du feu. L’élève de Ricky Maingard, malgré ses 61 kg, a fait fi de ses concurrents pour signer avec panache sa première victoire 2016 (sa troisième au Champ de Mars). Son jockey Rye Joorawon, est tout admiratif de la performance de son coursier qui lui remet en mémoire sa course victorieuse dans la Coupe d’Or 2015.
« Oui, mon entraîneur avait des visées dans ce 1365m. One Cool Dude lui a donné raison ». Rye Joorawon qui signait sa 15e victoire en 8 journées d’activité (il avait manqué deux journées pour cause de suspension), a fait montre de son calme coutumier et d’une belle assurance avec One Cool Dude. « Je connais bien ma monture. Cette fois, on avait hérité d’une bonne ligne (3) qui équivaut à une bonne position en course. Les 61 kg étaient une petite inquiétude. Mais comme il y avait un bon train, les choses se sont simplifiées. One Cool Dude a gagné assez facilement ».
Joorawon souligne quand même la fâcheuse habitude de One Cool Dude qui donne l’impression de s’arrêter un moment. « C’est un coursier délicat. Je crois qu’il a peur par moments. Samedi, il était facile et je voulais un instant poser les rênes. J’ai cru qu’il allait s’arrêter et j’ai dû redoubler de vigilance. Quoi qu’il en soit, One Cool Dude est un cheval pétri de qualités. On a cinq semaines pour le maintenir en condition en marge de sa participation au Barbé 2016 (ndlr : le samedi 2 juillet) ».
« Double malchance »
Avant le succès du gros favori One Cool Dude, Joorawon avait affiché d’entrée ses intentions du jour, en conduisant à la victoire Young Royal, un autre coursier très bien loti chez les bookies. « J’ai déjà gagné avec lui dans le passé et en venant de l’arrière. Je n’étais pas vraiment inquiet en voyant Joe’s Legacy prendre la direction des opérations. J’étais assez confiant de pouvoir le rattraper au finish ».
Le seul engagé samedi avec une full card, l’actuel leader au hit-parade des jockeys et 1er-ex aequo au classement des Mauritian Series, nouvellement introduites, Joorawon a joué de malchance en deux occasions et échoué d’un rien à chaque fois. « Desert Sheik a été gêné au tournant par Hillbrow. C’est un coursier qui a besoin de tout son momentum en ligne droite. Or, il a fallu le relancer. Et contre un Kremlin Captain, c’était très dur. Straight Jab est un élement nerveux. Il a beaucoup tiré. Sinon, on aurait remporté l’épreuve de clôture ».
Joorawon n’est pas resté insensible à la quatrième place de Chinese Gold dans le Trophée du Bicentenaire. « Lui aussi a été malchanceux quand Nordic Warrior a fléchi devant lui au mauvais moment. Lui aussi aurait pu prétendre à la victoire avec ses 53,5 kg ».
Seulement troisième avec le super favori Canadian Dollar (Rs 190), Joorawon qui améliore son record de victoires au Champ de Mars de journée en journée — il a monté son 318e gagnant au terme de la 10e journée — se dit très déçu de la performance du coursier de Gilbert Rousset. « Il avait fait une escapade (deux tours) la semaine dernière. Trois jours après, il était soumis à un barrirer trial. Je crois qu’il en a fait un peu trop. Canadian Dollar a singulièrement manqué de fraîcheur samedi ».
Son mano a mano en tête du classement des jockeys ne passe pas non plus inaperçu après cette première tranche de la saison. Rien qu’un gagnant ne le sépare de Donavan Mansour (15 contre 14 au Sud-Africain). « Le chemin est encore long. Beaucoup de choses peuvent se passer jusqu’à fin novembre. Quoi qu’il en soit, je donne toujours le meilleur de moi », conclut la cravache mauricienne n°1 de ces dernières années.