Le Premier ministre par intérim, Showkutally Soodhun, a remis hier des chèques d’une somme de Rs 40 000 à Rs 75 000 à quelque 275 familles pour la dalle de leur maison. Montant total de l’investissement : Rs 17,3 millions. Il a salué les efforts consentis par ces familles et réitéré le soutien du gouvernement à ceux qui sont dans le besoin.
« Si vous êtes ici aujourd’hui, c’est parce que vous avez fait des efforts pour construire votre maison. Le gouvernement porte un intérêt particulier à ceux qui ont de la volonté. » C’est ainsi que Showkutally Soodhun s’est adressé aux bénéficiaires de l’allocation pour la dalle et les matériaux de construction. Il n’a pas manqué de souligner que le présent gouvernement a augmenté cette somme de Rs 65 000 à Rs 75 000 et étendu l’aide aux familles bénéficiant jusqu’à Rs 15 000.
Jusqu’à tout récemment, ce sont les familles ayant un revenu maximal de Rs 8 500 qui étaient éligibles à cette aide de l’État. Le ministère du Logement a repoussé la limite à Rs 10 000 pour une aide de Rs 75 000. Ceux ayant des revenus entre Rs 10 001 et Rs 15 000 ont, eux, droit à une aide de Rs 40 000.
Ces plans sont sous la gestion de la National Housing Development Company (NHDC). Trois types de projets sont en vigueur : entre Rs 40 000 et Rs 75 000 pour la dalle, Rs 60 000 pour une deuxième dalle dans le cadre d’une extension verticale et Rs 65 000 pour l’achat de matériaux de construction pour une superficie n’excédant pas 100m².
Toutefois, a tenu à préciser Showkutally Soodhun : « Cet argent est destiné à compléter les maisons. Des officiers seront envoyés sur place pour vérifier que les travaux ont bien été faits. Autrement, ils devront rembourser ou la maison sera saisie. » Il a ajouté que le ministère dispose de Rs 100 millions supplémentaires « à partager » avec ceux qui sont dans le besoin.
Par ailleurs, Showkutally Soodhun a avancé que la semaine prochaine, les squatters de Riambel verront leur situation régularisée. Il s’est dit particulièrement touché par le cas d’une grand-mère de 102 ans vivant dans des conditions déplorables. D’où la décision de s’occuper en priorité de cette région. « Je veux que d’ici la fin de mon mandat, il n’y ait plus de squatters. »