Les squatters ne devraient plus se faire du souci au vu des nouvelles mesures envisagées par Showkutally Soodhun, vice-Premier ministre et ministre des Terres et du Logement. Il annonce le relogement et la régularisation de centaines de familles de squatters et déclare avoir déjà signé 1056 contrats pour l’octroi de terrains à des familles squatters depuis le début de l’année.
«Il faut en finir avec les squatters!», a-t-il lancé face à la presse jeudi dernier. Ces nombreuses familles se trouvant aux quatre coins de Maurice et squattant des terrains privés seront désormais dans la légalité. Showkutally Soodhun annonce le relogement de 443 familles squatters de la région de Port-Louis. Chacune devra recevoir une portion de terrain de 70 à 100 toises.
Ainsi, des squatters des régions de Tranquebar, Camp Yoloff, La Route Nicolay, Roche-Bois et Cité la Cure seront relogés à Pointe-aux-Sables. Ceux de la Route Militaire seront relogés à Canal Anglais à Port-Louis et environ 50 familles à Vallée Pitot, 7 familles à Vallée des Prêtres, 3 familles à Monseigneur Leen et 9 familles à la Cité la Cure seront régularisées in situ. Ces familles devront obtenir leur «Letter of Intent» dans les jours à venir.
«Dans la région de Saint-Pierre, quelque 400 familles vivant dans le Camp d’établissement depuis plus de 50 ans sont dans la même situation que les squatters. Je règlerai leur problème dans quelques mois», dit-il, notamment grâce aux quelque 30 arpents que le gouvernement a obtenus de la compagnie ENL. «En sept mois j’ai accompli mon travail pour cinq ans», se vante Showkutally Soodhun.
La semaine dernière, une site-visite aux squatters de Cité-Bondieu, à Riambel, a été l’objet d’une polémique alors que deux députés du Mouvement Patriotique, à savoir Alan Ganoo et Joe Lesjongard, l’avaient accompagné, provoquant la colère du PMSD. Lors de sa conférence de presse, Showkutally Soodhun a déclaré que, «mon meilleur ami au sein du gouvernement, c’est le PMSD.» Il poursuit en expliquant qu’il avait pris l’engagement, au Parlement, d’inviter les députés de la circonscription n°14 à cette rencontre avec les squatters et que ce n’était pas pour faire de la politique.