L’exercice financier 2013 de la Mauritius Housing Company (MHC) s’est soldé par des profits de Rs 276,6 millions par rapport à Rs 304,2 millions en 2012 et Rs 259,6 millions en 2011. C’est ce qu’indique le rapport annuel de l’institution financière qui vient d’être rendu public et dans lequel le Managing Director, Manilall (Rajen) Seetohul, souligne que des progrès notables ont été faits l’année dernière et que la MHC est confiante de pouvoir faire montre de créativité au niveau des solutions proposées à la clientèle pour l’acquisition de logements.
La MHC, qui a célébré l’année dernière ses 50 ans d’opération, a terminé l’exercice avec des actifs de l’ordre de Rs 6,7 milliards (Rs 6,5 milliards en 2012), une progression attribuable à la hausse de ses actifs sous forme de prêts logement (de Rs 6 milliards en 2012 à près de Rs 6,4 milliards en 2013). Les emprunts de l’institution ont diminué pendant la même année pour s’élever à environ Rs 1,2 milliard (-Rs 189 millions) à fin décembre 2013. Les revenus en intérêts ont atteint Rs 492 millions comparativement à Rs 501,3 millions en 2012. Ce repli est expliqué par l’impact de la baisse du taux d’intérêt directeur décidée dans le courant de l’année par le comité de politique monétaire de la Banque de Maurice.
Les dépenses en intérêts ont également pris une courbe descendante (de Rs 210,9 millions à Rs 205,7 millions) du fait de l’impact de la réduction du taux d’intérêt directeur. Les dépenses en intérêts sont constituées principalement des remboursements sur les emprunts contractés par la MHC et de la rémunération des dépôts par les clients de l’institution. Il est à noter que la MHC a eu à faire provision pour des dépenses plus importantes concernant le personnel (dont les salaires) ainsi que pour les allocations de transport, le financement du programme de responsabilité sociale (CSR) ainsi que pour les célébrations marquant son 50e anniversaire. Par ailleurs, les provisions pour les créances douteuses ont augmenté, passant de Rs 30,1 millions à Rs 80,4 millions. Il faut en outre signaler qu’en 2012, des gains de Rs 18, 8 millions avaient été enregistrés suite à la réévaluation des biens immobiliers de la MHC.
« The success of our long term, customer focused approach is evident in our delivery of another solid financial performance over the past year », écrit Mamade Kodabaccus, président sortant de la MHC dans le rapport annuel 2013. M. Kodabaccus soutient que l’institution est fortement capitalisée, dispose d’un niveau élevé de liquidités alors que la qualité de ses actifs est reconnue.
Rajen Seetohul rappelle pour sa part que la MHC a toujours focalisé son attention sur la mise en place de bases solides pouvant assurer le succès à long terme de l’institution. La MHC, ajoute-t-il, veut non seulement créer de bonnes opportunités de croissance mais aussi disposer de revenus conséquents, veiller à la qualité de ses relations avec la clientèle tout en faisant montre de prudence dans la prise de risques.
« Nous maintenons le tempo en ce qui concerne nos résultats. Nous pensons que le volume de nos opérations pour 2014 sera conforme à celui budgété en début d’année », a déclaré Rajen Seetohul, interrogé par Le Mauricien. Le Managing Director de la MHC affirme que l’investissement dans le logement social est rentable à Maurice. Il encourage les promoteurs privés, ceux disposant de petites parcelles de terrain, à se mettre de la partie et à construire de tels types de logement. « Chaque roupie investie dans l’immobilier génère Rs 2.50 dans l’économie du pays », fait-il ressortir.
La MHC, indique-t-il par ailleurs, se penche actuellement sur la mise en route d’un nouveau projet de construction de logements pour la classe moyenne du côté de Clos Verger, Rose-Hill. Ce projet pourrait être exécuté à partir de 2015, a-t-il ajouté.