• 75% d’entre elles doivent à la NHDC, certaines ont plus de Rs 100 000 de loyers impayés

Les familles bénéficiaires d’une maison sociale à La Valette, Bambous, seront bientôt propriétaires de leur logement ! “Le contrat des futurs propriétaires est actuellement en préparation chez le notaire”, c’est que nous a confirmé le porte-parole de la National Empowerment Foundation (NEF). 199 familles sont concernées. Cette nouvelle, qui ne peut qu’être favorablement accueillie par les résidents de La Valette, reste néanmoins surprenante! En effet, 75% des familles de La Valette ont cessé de payer leur loyer depuis plusieurs années. Certaines d’entre elles doivent plus de Rs 100 000 de loyers impayés à la National Housing Development Company Ltd. D’autres, en sus de cette ardoise, n’ont pas réglé leurs factures du CEB et la CWA depuis des années.

Dans le cas des mauvais payeurs, il revient qu’un plan a été élaboré. Ainsi, pour ne pas les priver de leur titre de propriétaire, le conseil d’administration de la NEF envisage de trouver un arrangement avec des banques. Les maisons de La Valette font 50 mètres carrés, et leur terrain, 211 mètres carrés. La possibilité d’agrandissement fait partie du contrat initial. Cependant, des conditions y sont attachées, notamment le paiement régulier du loyer. Chaque maison, dotée de chauffe-eau solaire, a coûté Rs 442 000 à l’Etat, et le remboursement de Rs 409 000, l’Etat contribuant un grant de Rs 33 000, devrait se faire sur une durée maximum de 23 ans, après la livraison des clés aux bénéficiaires, soit en 2009.

Si, au départ, les familles devaient s’aquitter d’une mensualité de Rs 800 pendant la première année, la location a augmenté par Rs 200 annuellement. Malgré la signature d’un contrat social entre les bénéficiaires et les autorités, où ils s’engageaient à payer régulièrement leur mensualité afin d’être éligibles à l’agrandissement de leur maison et au titre de propriété, peu de familles ont été en mesure de respecter leurs engagements. Les mauvais payeurs ont vite influencé ceux qui s’acquittaient de leur loyer.

La gestion sociale de La Valette a toujours posé des difficultés à la National Empowerment Foundation. Celle-ci n’a jamais été en mesure de responsabiliser et d’encadrer certaines familles. Pourtant, depuis des années, la NEF, le ministère de l’Intégration sociale et toutes les parties concernées par le dossier de La Valette sont pleinement conscientes de la dégradation de l’environnement au village intégré. Mais rien n’a été entrepris. Aucune sanction n’a été appliquée dans le cas des mauvais payeurs, et ce pour éviter toute réaction négative et virulente de la part de ces derniers. De plus, certaines maisons sont habitées par des occupants illégitimes.

Ainsi, la décision d’octroyer le titre de propriété aux familles de La Valette laisse comprendre que les autorités ont trouvé la “solution” la plus efficace pour couper le «cordon ombilical» qui les lie au village intégré.

Par ailleurs, les résidents de La Valette ne seront pas les seuls à devenir propriétaires d’une maison sociale. Ceux de Résidences Dubreuil, Gros-Cailloux et Sottise devraient aussi profiter de cette mesure.