« Nou anvi ki sanzman fer avan eleksion ». C’est sur ce ton que l’équipe de jeunes de la CTSP a animé une rencontre au siège de la Fédération des Travailleurs Unis (FTU) ce matin. Et ce, après que le Workers’ Rights Bill a été voté avec amendement, cette nuit, suite au summing-up du ministre du Travail, Soodeh Callichurn.

Les jeunes se disent « en faveur » de la révision de la loi du travail et souhaitent qu’elle soit amendée dans les plus brefs délais. Mais ils restent catégoriques sur l’application de certains aspects de cette loi.

« Nous sommes mobilisés pour ‘voice out’: la loi pour le ‘shift-work’ doit changer. Un travailleur ne pas pas travailler cinq nuit consécutives. Et ce n’est pas évident de travailleur 12 heures par jour dans certains secteurs – il faut que cela reste à huit heures de temps. Nous voulons voir de vrais résultats », a plaidé Kumaren Kathan, membre de l’équipe jeune de CTSP.

« Cette nouvelle loi apportera une nouvelle harmonisation des conditions de travail », a-t-il ajouté.

Les jeunes syndicalistes considèrent que le Portable Retirement Gratuity Fund (PRGF) constituera « une victoire pour la lutte de la CTSP ». Ce mécanisme vient accorder un droit d’assurance à un employé du secteur privé, comme jouissent déjà les retraités de la fonction publique.

« Ce n’est pas un plan de pension mais une gratuité. C’est un fonds qui se doit d’être géré par la MRA et non par l’entreprise ».

Les jeunes mettent un point d’honneur sur l’importance de l’application de cette nouvelle loi afin de soulager l’ensemble des travailleurs. Au cas contraire, ils menacent de descendre dans les rues.

« Lalwa pa’nn aplike a 100%. Nou ena ankor 20% batay pou fer. Si pa nanye, pou ena bann aksion ki pou swiv ».